SOLEILS diffusion - distribution
23, rue de Fleurus - 75006 Paris - Tel: 01 45 48 84 62 - Fax: 01 42 84 13 36

Logo SOLEILS

Fiche article

9782350686691
La lande, le pin, le feu
Une œuvre de José Cubero
Ouvrage broché portant le numéro ISBN 9782350686691, vendu 20 € et classé au rayon « Histoire », publié le 11 mars 2019 par les éditions Cairn, d'un poids de 479 grammes, large de 160 millimètres pour 240 de haut et 10 d'épaisseur et comportant 232 pages.
Dans l’imaginaire des populations des Landes de Gascogne, le feu fut toujours présent. Soit qu’il fût dévastateur, soit que maîtrisé, il permît aux pasteurs du temps des échasses de pratiquer dans la lande l’incinération à feu courant qui favorisait la croissance de l’herbe dont les troupeaux avaient besoin sur les terrains de parcours. Des troupeaux qui produisaient le fumier indispensable à une agriculture de subsistance pratiquée sur un sol pauvre. Mais, après des années fastes, celles du temps de «l’arbre d’or», la forêt, exploitée dans l’entre-Deux-Guerres en fonction d’intérêts à court terme, peu entretenue par l’abandon du débroussaillage, subit une décennie d’incendies de 1937 à 1947, ponctuée par le cataclysme de 1949. Il fit 82 victimes dont de nombreux habitants de la forêt qui, face au feu, avaient pour tradition d’aller le combattre. Cette année-là, malgré le renfort de l’armée et la mobilisation des pompiers, y compris ceux de Paris, les installations militaires et de nombreuses villes, dont Bordeaux, furent menacées par les flammes. Après le passage des incendies qui eurent l’ampleur d’un désastre national, il ne restait plus qu’à restaurer la forêt, tout en s’interrogeant sur la meilleure façon de la préserver au moment où le gemmage disparaissait progressivement au profit de l’usine à bois. Aujourd’hui, la réflexion des experts et des aménageurs porte aussi sur son devenir à l’horizon 2050.
Dans le bureau de l'historien José Cubéro, des centaines de livres, bien sûr, mais aussi la baguette et la clarinette de son musicien de père. C'est un endroit clair, ouvert. C'est un bureau ouvert sur la cuisine-salle à manger. La lumière naturelle pénètre généreusement dans le bureau, salon, bibliothèque de l'historien José Cubéro. Dans cette agréable pièce à vivre, José Cubéro travaille, lit, écoute de la musique et reçoit amis et étudiants dans trois fauteuils clubs qui entourent une table basse. Dans sa bibliothèque murale, des centaines de livres qu'il utilise régulièrement pour ses travaux, rangés par « couches sédimentaires » en fonction des sujets qu'il traite dans ses livres à lui. Ainsi, il y a un rayonnage sur le département, un autre sur la Révolution pour son premier ouvrage, « La Révolution en Bigorre ». Dans les travées, des livres sur la guerre d'Espagne, celle de « 14 », le vagabondage. Il accumule aussi des ouvrages sur les violences faites aux femmes en temps de guerre, le thème de son prochain livre. « C'est une bibliothèque vivante, qui respire, se développe au fur et à mesure des sujets traités. J'y ai aussi des bouquins que je n'ai pas encore eu le temps de lire. Je sais qu'ils sont là. C'est une façon de se les approprier avant même de les lire. » Parmi tous ces livres, José Cubéro a une affection particulière pour « La Civilisation de l'Occident médiéval », de Jacques Le Goff. La Dépêche .fr 04/12/2010 « C'est un cadeau de mon épouse quand nous étions étudiants à Toulouse. » L'historien a aussi un profond attachement à un objet « d'une modestie totale » : la baguette de chef d'orchestre de son père, ce musicien espagnol exilé. José Cubéro a aussi conservé la clarinette - d'une seule pièce - de ce père admiré mais redoutable maître de musique. « J'ai appris la clarinette avec lui, pour mon malheur, car les pères sont de piètres professeurs impatients. » Sur une étagère, un chat en bois et des oiseaux en verre et en bronze qui vivent en harmonie. Tout en haut d'une étagère, une série de canards possède une vie plongeante sur la pièce. En attente de réparation, les morceaux d'une décoration, avec deux lions, en bois qui ornait une grande glace ramenée d'Argentine par l'arrière-grand-père de son épouse.

Du même éditeur:

25.00 €
9782350686653
11.50 €
9782350686912
13.00 €
9782350686684
20.00 €
9782350686806
11.50 €
9782350686868
11.00 €
9782350687834
16.00 €
9782350686981
12.00 €
9782350686875
9.50 €
9782350686783
13.50 €
9782350686769
9.50 €
9782350687742
39.00 €
9782350682464
12.00 €
9782350687766
17.00 €
9782350686622
15.00 €
9782914028189
9.50 €
9782350686837
13.50 €
9782350687513
13.00 €
9782350687544
18.00 €
9782350687025
29.00 €
9782350686738

Dans le même rayon:

12.00 €
9782355021015
20.00 €
9791035303846
25.00 €
9791035304034
18.50 €
9782355502736
28.00 €
9791090257092
13.90 €
9791035304355
29.00 €
9791035304669
4.95 €
9782367469690
20.00 €
9782849742761
27.00 €
9791035302306
18.00 €
9782356600981
4.90 €
9791035303204
20.00 €
9791035303303
9.90 €
9791035302931
9.90 €
9791035303945
9.90 €
9791035303266
23.00 €
9782353744312
35.00 €
9782353744336
25.00 €
9782353744329
8.00 €
9782846223201