SOLEILS diffusion - distribution
23, rue de Fleurus - 75006 Paris - Tel: 01 45 48 84 62 - Fax: 01 42 84 13 36

Logo SOLEILS

Fiche article

9782353743162
1944-1945 assassinats et crimes franco-francais
Une œuvre d'Yves Baeckeroot
Ouvrage broché portant le numéro ISBN 9782353743162, vendu 25 € et classé au rayon « Histoire », publié le 20 septembre 2016 par les éditions Dualpha dans la collection « Verites pour l' », d'un poids de 500 grammes et large de 148 millimètres pour 210 de haut.
L’assassinat de l’Amiral Darlan peut être considéré comme le signal envoyé par les Gaullistes vis-à-vis du reste de la France. Nous ne nous dirigerons pas vers une vaste réconciliation natio­nale, dont seraient exclus seulement les traîtres et autres assassins. La France « pays des droits de l’homme » n’inaugurera pas les commissions que connaîtront plus près de nous l’Afrique du Sud post-Apartheid ou le Chili post-Pinochet. Nous aurons droit à nouveau à nos « tribunaux révolutionnaires » et aux procès tru­qués de notre glorieuse Révolution Française… Nos « libérateurs-justiciers » réintroduiront l’exécution sommaire au coin d’un bois ou au bord d’un fossé. Ces nouveaux assassins bénéficieront d’une mansuétude indi­gne d’un pays civilisé ; mais le chef de l’État qui viendra les amnistier ne s’était-il pas intronisé à Brazzaville avec une onction quasi-divine ? Dans cette guerre civile voulue par les Gaullistes et les Communistes, les assassinats d’un côté provoqueront en retour d’autres assassinats. Il s’en suivra dans une présentation trop largement répandue actuellement que les « gens de Vichy » ou supposés tels seront « exécutés » ; quant aux autres – opposants à l’État français ou pro-gaullistes –, l’on parlera d’« assassinés », même quand ce ne seront que des bandits de droits communs !

Du même auteur:

Yves Baeckeroot
Adolf Hitler vient d’accorder un armistice à la France très différent d’une « capitulation ». Le Führer n’a pas suivi les conseils de ses généraux. Mais ceux-ci n’avaient pas plus écouté ses conseils de prudence avec les risques d’une nouvelle défaite de la Marne. Ils avaient été aidés par l’incompétence de De Gaulle lors de la contre-attaque d’Abbeville. L’Allemand s’attend à ce que l’Angleterre, consciente de son infériorité terrestre, signe une paix blanche similaire à l’accord du 18 juin 1935 et cette paix blanche ; Churchill n’aurait pu l’envisager qu’avec une disparition totale de la France. Ils auraient pu se partager les dépouilles. Chacun restera sur ses espérances. Churchill, quant à lui, va falsifier la réalité. Il oubliera les multiples trahisons et capitulations anglaises, comme à Boulogne, de ce début de guerre et décrètera que la France a trahi ses engagements en capitulant. La vérité est tout autre, la France a obtenu un armistice avec le respect d’une convention entre les deux parties… ce qui a, en plus, sauvé l’Angleterre. Hitler va démobiliser son armée que quelques barcasses auraient pu transporter en Grande-Bretagne pour une conquête rapide de l’Île, dans une répétition de celle de Guillaume le Conquérant. Pendant la première moitié de cette guerre, la France sera la victime sur laquelle les deux ennemis vont s’acharner : les deux tiers du territoire métropolitain sont « Zone Occupée » et contraints d’obéir aux directives allemandes. La « Zone Sud ou Libre », essentiellement rurale, va survivre en permettant à certains Français de gagner l’Espagne. L’État Français doit éviter de fournir aux Allemands tout motif d’intervention et poursuivra une œuvre législative dans les domaines sociaux et de l’instruction extrêmement bénéfique pour le pays. Nos administrateurs des territoires d’outremer ne cèderont pas aux offres anglaises. Cette fidélité à la France empêchera l’Allemagne d’utiliser ce manquement pour rompre l’armistice, mais la France d’outremer subira les attaques des forces anglaises et parfois françaises de la « France Libre » dans un combat fratricide et inutile. De son côté, le « Gouvernement de Vichy » va profiter de cet armistice pour faire comme les Allemands l’avait fait après Tilsitt et se restructurer à l’insu de l’ennemi. Weygand va se voir déléguer par le maréchal Pétain cette réorganisation de l’Afrique française. Avec efficacité, il va reconstituer cette Armée d’Afrique que les Alliés seront bien contents d’avoir à leurs côtés lorsqu’ils se décideront à attaquer les forces terrestres de l’Axe… lors de la reconquête de la Libération.
Fils de paysan né en Creuse en 1944, juste avant la « Libération » et les assassinats de l’« Épuration » commis par les maquis dans cette « Zone de non-droit » ! Engagé dans le syndicalisme, il aura des responsabilités nationales au SNALC. Il se consacre depuis à chercher non un sens à l’Histoire, mais les prémisses de ce que sa génération a vécu, voire subi.
35.00 €
9782353742929
Yves Baeckeroot
Faut-il toujours croire ce que nous raconte l’Éducation nationale ? Pour cet ancien professeur, la réponse est hélas non ! Notre histoire nationale est de plus en plus présentée à travers une sorte de prisme déformant. Du « Il faut venir au secours de la glorieuse Allemagne… » (du 11 novembre 1918) à « Nous nous sommes trompés de cochon » (quand il désignera Staline en 1945 ou 1946 ?) nous trouvons toujours ce même ennemi viscéral de la France : Winston Churchill. La guerre n’est pas belle à voir, pas plus que l’avant ou l’après-guerre. Trop souvent mensonges et falsifications viendront occulter la triste réalité. Ces multiples omissions conduiront ce livre à nous offrir une vision non conventionnelle de cette histoire de France récente. Comment faut-il comprendre cette amitié britannique avec : cette francophobie anglaise de l’entre-deux-guerres ?  Cet accord du 18 juin 1935 – 120 ans après Waterloo ?  Ce revirement d’un pacifisme anglais à tout crin au bellicisme ?  Ces atermoiements de 1939 à cette fuite à Dunkerque ?  Cet acte de vile piraterie de Churchill à Mers el-Kébir ?  Ces attaques contre la France à Dakar, au Levant puis à Madagascar ?  Ces bombardements criminels contre les populations civiles françaises ? Et tout ce qu’il est de bon ton de ne pas mentionner au sujet de ces deux calamités du siècle dernier : communisme et nazisme. Elles n’ont pu s’installer que grâce au concours des anglo-saxons largement secondés par l’autre fléau : la finance internationale et apatride. Grande-Bretagne et États­-Unis auraient pu s’éviter tous ces morts s’ils n’avaient pas favorisé l’Allemagne, avant et avec Hitler, ainsi que le bolchevisme en Russie.
Fils de paysan né en Creuse en 1944, juste avant la « Libération » et les assassinats de l’« Épuration » commis par les maquis dans cette « Zone de non-droit » ! Engagé dans le syndicalisme, il aura des responsabilités nationales au SNALC. Il se consacre depuis à chercher non un sens à l’Histoire, mais les prémisses de ce que sa génération a vécu, voire subi.
31.00 €
9782353742813

Du même éditeur:

25.00 €
9782353744398
27.00 €
9782353744619
37.00 €
9782353744633
21.00 €
9782353744534
45.00 €
9782353744572
49.00 €
9782353744541
31.00 €
9782353744565
37.00 €
9782353744558
45.00 €
9782353744527
31.00 €
9782353744503
25.00 €
9782353744510
17.00 €
9782353744480
31.00 €
9782353744411
37.00 €
9782353744466
27.00 €
9782353744459
35.00 €
9782353744473
17.00 €
9782353744367
29.00 €
9782353744442
29.00 €
9782353744435
29.00 €
9782353744428

Dans le même rayon:

9.00 €
9782350686844
9.00 €
9791095049081
18.00 €
9782916410104
20.30 €
9782915195033
20.00 €
9791093856032
22.00 €
9782366661279
20.00 €
9791035304775
25.00 €
9791035306519
20.00 €
9782350688336
26.00 €
9782864106555
13.90 €
9791035306861
25.00 €
9791035305468
9.90 €
9791035305109
9.90 €
9791035305123
25.00 €
9791035305789
9.90 €
9791035305093
9.90 €
9791035305048
24.00 €
9782368830611
25.00 €
9791035305772
20.00 €
9782846223294