SOLEILS diffusion - distribution
23, rue de Fleurus - 75006 Paris - Tel: 01 45 48 84 62 - Fax: 01 42 84 13 36

Logo SOLEILS

Fiche article

9782864106371
Grammaire nicoise
Une œuvre d'André COMPAN
Ouvrage de poche portant le numéro ISBN 9782864106371, vendu 10 € et classé au rayon « Langues », publié le 28 octobre 2017 par les éditions Serre, large de 120 millimètres pour 170 de haut et comportant 152 pages.
Titre épuisé !
Professeur d'histoire et de géographie, à Cannes d'abord puis à Nice, au Parc Impérial et à Masséna, André Compan (1921-2010) fut l'un des tout premiers enseignants français à se préoccuper de culture régionale. Mettant à profit la promulgation de la loi Deixonne, en 1951, il s'investit immédiatement dans l'enseignement du Niçois et du Provençal à une époque où l'on distribuait encore allègrement punitions et vexations à ceux qui usaient de ces «patois» à l'école. C'est encore grâce à lui que la langue d'Oc fit son entrée à l'Université, au tout début des années 70. Il y dirigea de nombreux travaux de recherches, maîtrises et doctorats, suscitant ainsi d'aussi nombreuses vocations, qu'il put apprécier à leur juste valeur quand il fut nommé Conseiller du Recteur pour les langues régionales et inspecteur général de leur enseignement pour l'Académie de Nice. Majoral du Félibrige, membre éminent de l'Academia Nissarda, collaborateur de la Revue des Langues Romanes, André Compan était l'auteur de très nombreux ouvrages consacrés à notre région. Spécialiste de philologie, latiniste de haut niveau, il consacra sa thèse de doctorat d'université à la Chronique niçoise de Jean Badat, après avoir publié une édition critique des œuvres de Rancher. Passionné de toponymie et de patronymie, il soutint en Sorbonne sa thèse de doctorat d'état sur les noms de personne dans le Comté de Nice au Moyen-Age et la publia chez Serre en 2004.

Du même auteur:

Andre Compan
En France, hélas, tout rappel historique, tout manuel converge vers la capitale et on méconnaît le passé de nos provinces aux richesses incalculables. Là encore, on peut évoquer Paris et le désert français. Or, Nice, plus que bimillénaire, apporte une contribution de choix aux annales des provinces françaises, avec le long cortège des bourgs de ce haut comté montagnard, terre de contrastes et de réserves artistiques qui laissent pantois ceux qui les entrevoient lors d’une excursion trop brève et trop minutée. Nice, terre des comtes catalans de Provence -Cap de Terra Nova en Prouvença- fief de la Maison d’Anjou qui créa son arsenal et la base de Villefranche, et que la reine Jeanne, chantée par Frédéric Mistral, hante dans nos légendes les plus extraordinaires, était une commune libre et indépendante qui contresigna, en 1388, un accord avec la dynastie française des comtes de Savoie, séant à Chambéry. Souvenons-nous des retrouvailles difficiles avec la Révolution française, des travaux et de l’ordre instaurés par Napoléon 1er, du retour à la Restauration sarde et, surtout de ce rattachement de 1860, patiemment noué, intelligemment voulu et réalisé par ce souverain si vilipendé que fut Napoléon III, un des plus grands chefs d’Etat de notre Histoire. L’AME d’un pays ne sert pas de pâture aux batteurs d’estrade ou aux fiches électroniques. L’âme de Nice est subtile et si l’on a la joie de la comprendre, elle vous le rend au centuple. En elle se superposent harmonieusement les touches profondes de notre cité.
Professeur d'histoire et de géographie, à Cannes d'abord puis à Nice, au Parc Impérial et à Masséna, André Compan fut l'un des tout premiers enseignants français à se préoccuper de culture régionale. Mettant à profit la promulgation de la loi Deixonne, en 1951, il s'investit immédiatement dans l'enseignement du Niçois et du Provençal à une époque où l'on distribuait encore allègrement punitions et vexations à ceux qui usaient de ces patois à l'école. C'est encore grâce à lui que la langue d'Oc fit son entrée à l'Université, au tout début des années 70. Il y dirigea de nombreux travaux de recherches, maîtrises et doctorats, suscitant ainsi d'aussi nombreuses vocations, qu'il put apprécier à leur juste valeur quand il fut nommé Conseiller du Recteur pour les langues régionales et inspecteur général de leur enseignement pour l'Académie de Nice. Majoral du Félibrige, membre éminent de l'Academia Nissarda, collaborateur de la Revue des Langues Romanes, André Compan était l'auteur de très nombreux ouvrages consacrés à notre région, notamment sa très célèbre Histoire de Nice et de son Comté (Serre Editeur), constamment rééditée depuis 1973. Spécialiste de philologie, latiniste de haut niveau, il consacra sa thèse de doctorat d'université à la Chronique niçoise de Jean Badat, après avoir publié une édition critique des oeuvres de Rancher. Passionné de toponymie et de patronymie, il soutint en Sorbonne sa thèse de doctorat d'état sur les noms de personne dans le Comté de Nice au Moyen-Age et la publia chez Serre en 2004.
10.00 €
9782864106296
Compan Andre
En France, hélas, tout rappel historique, tout manuel converge vers la capitale et on méconnaît le passé de nos provinces aux richesses incalculables. Là encore, on peut évoquer  Paris et le désert français . Or, Nice, plus que bimillénaire, apporte une contribution de choix aux annales des provinces françaises, avec le long cortège des bourgs de ce haut comté montagnard, terre de contrastes et de réserves artistiques qui laissent pantois ceux qui les entrevoient lors d’une excursion trop brève et trop minutée. Nice, terre des comtes catalans de Provence -Cap de Terra Nova en Prouvença- fief de la Maison d’Anjou qui créa son arsenal et la base de Villefranche, et que la reine Jeanne, chantée par Frédéric Mistral, hante dans nos légendes les plus extraordinaires, était une commune libre et indépendante qui contresigna, en 1388, un accord avec la dynastie française des comtes de Savoie, séant à Chambéry. Souvenons-nous des retrouvailles difficiles avec la Révolution française, des travaux et de l’ordre instaurés par Napoléon 1er, du retour à la Restauration sarde et, surtout de ce rattachement de 1860, patiemment noué, intelligemment voulu et réalisé par ce souverain si vilipendé que fut Napoléon III, un des plus grands chefs d’Etat de notre Histoire.

L’AME d’un pays ne sert pas de pâture aux batteurs d’estrade ou aux fiches électroniques. L’âme de Nice est subtile et si l’on a la joie de la comprendre, elle vous le rend au centuple. En elle se superposent harmonieusement les touches profondes de notre cité.

 

Professeur d'histoire et de géographie, à Cannes d'abord puis à Nice, au Parc Impérial et à Masséna, André Compan fut l'un des tout premiers enseignants français à se préoccuper de culture régionale. Mettant à profit la promulgation de la loi Deixonne, en 1951, il s'investit immédiatement dans l'enseignement du Niçois et du Provençal à une époque où l'on distribuait encore allègrement punitions et vexations à ceux qui usaient de ces  patois  à l'école. 

C'est encore grâce à lui que la langue d'Oc fit son entrée à l'Université, au tout début des années 70. Il y dirigea de nombreux travaux de recherches, maîtrises et doctorats, suscitant ainsi d'aussi nombreuses vocations, qu'il put apprécier à leur juste valeur quand il fut nommé Conseiller du Recteur pour les langues régionales et inspecteur général de leur enseignement pour l'Académie de Nice.

Majoral du Félibrige, membre éminent de l'Academia Nissarda, collaborateur de la Revue des Langues Romanes, André Compan était l'auteur de très nombreux ouvrages consacrés à notre région, notamment sa très célèbre Histoire de Nice et de son Comté (Serre Editeur), constamment rééditée depuis 1973. Spécialiste de philologie, latiniste de haut niveau, il consacra sa thèse de doctorat d'université à la Chronique niçoise de Jean Badat, après avoir publié une édition critique des œuvres de Rancher. Passionné de toponymie et de patronymie, il soutint en Sorbonne sa thèse de doctorat d'état sur les noms de personne dans le Comté de Nice au Moyen-Age et la publia chez Serre en 2004.
29.00 €
9782864105732
Compan Andre
Couverture et quatrième indisponibles !
43.00 €
9782864103943

Du même éditeur:

30.00 €
9782864106579
10.00 €
9782864106586
30.00 €
9782864106562
8.00 €
9782864106524
20.00 €
9782864106500
30.00 €
9782864106517
10.00 €
9782864105558
23.00 €
9782864100386
10.00 €
9782864106463
25.00 €
9782864106449
22.00 €
9782864106456
6.00 €
9782864103295
10.00 €
9782864106432
29.00 €
9782864106425
30.00 €
9782864106418
30.00 €
9782864106395
30.00 €
9782864106401
5.00 €
9782864104087
Couverture et quatrième indisponibles !
22.86 €
CISTERNAFULCRONI
23.00 €
9782864100485

Dans le même rayon:

7.00 €
9782905209429
9.00 €
9782859105228
13.00 €
9782859106034
18.50 €
9782368830628
29.00 €
9782356921680
25.00 €
9782914028134
12.50 €
9782859103538
25.00 €
9782954012902
18.00 €
9791095492139
18.00 €
9782954012940
10.00 €
9782954012933
15.00 €
9791095492030
18.50 €
9782954012988
18.00 €
9791095492146
18.00 €
9791095492122
18.00 €
9791095492009
20.00 €
9782849742723
15.00 €
9791094267189
24.00 €
9782356921727
5.50 €
9782367467054