SOLEILS diffusion - distribution
23, rue de Fleurus - 75006 Paris - Tel: 01 45 48 84 62 - Fax: 01 42 84 13 36

Logo SOLEILS

Fiche article

9782868197436
1848. la premiere resurrection de la republique
Une œuvre de Guillemin Henri
Ouvrage broché portant le numéro ISBN 9782868197436, vendu 39 € et classé au rayon « Histoire », publié le 13 mars 2006 par les éditions Utovie/Guillemin et d'un poids de 700 grammes.
Février 1848 - juin 1848 : en quatre mois, la France va connaitre sa deuxième révolution populaire. Au pouvoir depuis 1830, Louis-Philippe, sous couvert d'union nationale constitutionnelle, sert de simple paravent à une bourgeoisie préoccupée du seul mot d'ordre qu'elle ait retenu : le fameux Enrichissez-vous ! de M. Guizot. Le peuple est exploité dans des conditions aujourd'hui inimaginables. Après la révolte feutrée de 1830, 1848 apparaît comme la première manifestation socialiste du XIX` siècle.
Henri Guillemin en analyse ici l'histoire, en propose une lecture sans complaisance. Ni la maladresse des révolutionnaires, ni la haine des possédants ne sont occultées. Cette résurrection de la République débouchera (après la sanglante répression des journées de Juin) sur un régime complaisant à une bourgeoisie qui a su reprendre le pouvoir ouvrant la voie à la dictature de Napoléon III (voir, dans la même collection : Le Coup du 2 décembre).

Du même auteur:

Henri Guillemin
Pour avoir abandonné l'écriture fictionnelle en 1948 (malgré de belles réussites dans ses Nouvelles et contes dont Fritz, paru en 1936), Henri Guillemin n'aura jamais, en revanche, cessé d'exercer ses talents de critique, littéraire mais pas que. La période 1937-1939 est a cet égard particulièrement riche avec sa collaboration hebdomadaire a La Bourse égyptienne, quotidien francophone du Caire: « 98 chroniques dominicales rendant compte en tout de 109 livres: romans, essais, histoire littéraire, documents ... » comme nous le précise Patrick Berthier, éminent spécialiste d'Henri Guillemin, qui a opéré un immense travail de chercheur pour rassembler ces écrits issus des lectures de l'historien alors en poste a l'Université française du Caire où il enseigna de1936à1938. Le résultat est impressionnant et constitue une leçon méthodologique a l'attention des critiques de tout temps. Nous y trouvons déjà le style Guillemin, toujours passionne, parfois enflammé, qui sait aller jusqu'au souffle épique lorsqu'il parle, par exemple, de corrida a propos d'Hemingway. Le jeune historien (il a 34 ans au début de ces chroniques) fait preuve d'une maturité d'analyse sidérante, et, a le refaire aujourd'hui, très rarement pris en défaut sur la. longueur. C'est a une traversée de quelques décennies de littérature (et au-delà) que nous invite un Patrick Berthier enthousiaste, certes, mais lucide et sans complaisance quand il faut l’être, dans sa présentation des auteurs concernés. La concision, allant a l'essentiel, des brèves biographies en notes de bas de page constitue un véritable dictionnaire (im)pertinent des écrivains de la première moitié du XXe siècle. « jovial, non? » se serait exclame Un Henri Guillemin ravi d'être ainsi parfois surpasse par son élève. Un travail d'analyse et de présentation exemplaire pour une oeuvre de critique remarquable. Patrick Berthier est également l'auteur, chez Utovie, d'un Henri Guillemin tel quel et d'une bibliographie exhaustive Une vie pour la vérité.
26.00 €
9782868198075
Henri Guillemin
Nous avons réuni ici les quatre nouvelles et contes écrits par Henri Guillemin pour ses enfants, et publiés entre 1936 et 1948. Ces textes ont tous connu un beau succès public, jamais démenti. Reste avec nous a aussi fait l'objet de nombreuses adaptations théâtrales et enregistrées. Les réunir en un seul volume rend mieux compte de leur valeur littéraire et du talent d'écrivain de leur auteur. Maurice Maringue, auteur de la préface et ami d'Henri Guillemin souligne qu'on « n'accorde pas la place qu'ils méritent dans 1'uvre de Guillemin a ces quatre textes courts, a la fois en harmonie, par la pensée et le style avec tout ce qu'il a écrit, et très différents. II ne s'agit pas d'Histoire (sinon par référence dans le temps), de commentaires d'un auteur ou de réflexions sur la vie d'un homme, mais d'ouvrages d'imagination, de nouvelles, toutes vibrantes de la passion humaniste de Guillemin, de sa tendresse, de son incoercible indignation en face de la veulerie... » « On a bien souvent reproché a Henri Guillemin de fouiller les petits secrets des grands hommes mais ces beaux textes nous montrent que les petits secrets forment les grands et que leur révélation relève de l'initiation. Pourfendeur de légendes Henri Guillemin en a aussi créé quelques unes. Ce sont ces textes qu’il nous faut lire... » nous invite Martine Jacques, auteure de la postface.
15.00 €
9782868198068
Henri Guillemin
Parmi les événements historiques qu'Henri Guillemin a cherché avec passion a comprendre, la Commune de Paris de 1871 occupe une place privilégié : tentative pour renverser vraiment le cours des choses, mais échec cuisant, ce mouvement trouve son origine générale dans toute l'histoire bourgeoise du XJXe siècle, et son origine particulière dans le défaitisme organise du gouvernement dit de Défense nationale. C'est ce moment tragique, devenu un symbole, que la journée organisée a la Sorbonne nouvelle par l'Association Les Ami(e)s d'Henri Guillemin, le 19 novembre 2016, a cherché a la fois a commémorer et a expliquer a travers l’œuvre de Guillemin, depuis sa lecture de Jules Vallès jusqu'à son interprétation de la défaite de 1940. La Commune de Paris, échec et espoir...Patrick Berthier. Interventions de: Edouard Mangin, Patrick Berthier, Cécile Robelin, Céline Leger, Jean Chérasse, Florence Gauthier, Annie Lacroix-Riz, Patrick Rodel
15.00 €
9782868198020
Henri Guillemin
Flaubert, condamné par les tribunaux et les bienpensants de son époque ? Henri Guillemin s'en fait l'avocat. Aidé par François Mauriac qui lui donne une préface. Cette étude paraît la première fois pendant la guerre d'Espagne où les bien-pensants s'illustrent par leur hypocrisie et où Mauriac comme Guillemin, déjà, prennent parti pour la République et la liberté. Flaubert, pour Henri Guillemin : « Son oeuvre, dont il affectait de dire qu'elle n'était qu'un «divertissement» pour échapper à l'horreur de tout, c'est au contraire son témoignage, son service, sa prière aussi, son adhésion passionnée à ce qui survit au monde, l'enveloppe, l'explique et l'accomplit ». Un regard sincère et fraternel sur l'homme et l' oeuvre qui donne envie de relire Flaubert au-delà des idées convenues.
18.00 €
9782868198013
Henri Guillemin
« Vérités » ? Un gros mot. Je veux dire un mot imposant et presque solennel. Mais je me risque. Au fond, depuis ma thèse de doctorat, en 1936, sur Lamartine et sur Jocelyn – et c’est ce travail qui a tout déclenché en moi –, je me suis engagé sur une voie que j’ai suivie obstinément pendant plus d’un demi-siècle : rompre avec ce qui m’apparaissait comme évidemment erroné, et le remplacer par son contraire ; mettre le vrai à la place du faux. Ainsi j’avais cru longtemps, sur la foi des « autorités », Lamartine langoureux et sans muscles ; et je venais de m’apercevoir, en étudiant d’assez près sa personne, son œuvre et son action, qu’il n’était pas tel ; pas du tout tel. Même réaction après d’attentives recherches sur Jean-Jacques Rousseau, le « persécuté imaginaire », vous savez bien. Drôlement authentique, la traque dont il fut l’objet. Hugo sonore comme pas un, mais d’autant plus qu’il était creux : un sous-primaire ? Pas vrai.  Des idées, chez lui, beaucoup d’idées et sérieuses. Zola pornographe ? Tant s’en faut ! Et même sur la contraception, pire que Jean-Paul II. Péguy irréprochable ? Je voudrais bien ; mais pas moyen… Oui, d’accord, mes « vérités » sont « subjectives ». Mais je demande qui ne l’est pas, en histoire littéraire ou en Histoire tout court. L’important c’est de jouer franc jeu. Et je ne crois pas qu’on puisse me soupçonner de cacher mes préférences, mes options, mes partis pris. La loi première est de s’informer, de n’avancer qu’en terrain sûr, de savoir de quoi on parle. Et les exemples abondent de doctrinaires qui ont parlé sans savoir, pénibles, comme le cher Du Bos avec son Benjamin Constant « sincère », ou bouffons comme le malheureux Gaxotte avec son Robespierre « communiste ». Voici donc ma nouvelle « contribution » – comme disent les messieurs graves – à ce que je crois, sur divers sujets, la vérité qui devrait remplacer la légende. 
Voici mon cinquième recueil d'études critiques, après A vrai dire (1956), Eclaircissements (1961), Pas à pas (1969) et Précisions (1973). Des textes anciens que j'ai eu envie d'exhumer parce qu'ils me paraissent substantiels, notamment mes préfaces aux Trois Villes et à Fécondité, de Zola, ainsi qu'à L'Ane et à Dieu, de Hugo. mais du neuf aussi, en particulier sur Claudel. Et même, hors cadre, dirons-nous, des propos d'un autre ordre, qui forment un bref supplément à mon Parcours.
32.00 €
9782868197993
Henri Guillemin
« Il était très secret », a-t-on dit du poète ; parole profonde et que confirment encore ces signes indéchiffrables, ces séries d’initiales mystérieuses que nul n’a pu traduire jusqu’ici, qu’on ne traduira jamais, et qui se lisent en tête de ses grands manuscrits. Une seule chose est sûre : ces initiales figurent des prières. Si l’on ne veut pas s’en convaincre, Lamartine nous échappera et nous ne l’interpréterons plus qu’en le trahissant. Ce n’est pas un personnage que nous puissions réduire à nos propres dimensions. Il faut en prendre notre parti. C’est un homme plus grand que son œuvre, déjà si grande. Une tête brûlée du Dieu inconnu.
Première étude d’Henri Guillemin, publiée en 1940, sur Lamartine, elle complète les deux déjà parues : Lamartine et la question sociale et Connaissance de Lamartine.
18.00 €
9782868197986
Henri Guillemin
La légende est bien établie : face au Despote, Mme de Staël, sous le Consulat et l'Empire, fut l'intraitable opposante, l'incarnation de la liberté. Malheureusement, oui, c'est une légende, et même une légende bouffonne. Enthousiaste de son héros, Germaine Necker devenue baronne de Staël fit tout au monde pour attirer sur sa personne l'attention la plus vive et la plus admirative du général Bonaparte. Elle applaudit avec passion au 18 Brumaire, et dépense en vain ses sourires et ses prévenances pour tenter de se faire l'égérie du Maître. Le Maître la trouvait insupportable ; le type même de la fâcheuse - terme noble qu'aujourd'hui l'usage remplace par une grossièreté interdite. C'est l'histoire vraie des rapports (suppliants d'un côté, agacés de l'autre) entre Germaine Necker et Napoléon Bonaparte que présente ce livre.
24.00 €
9782868197962
Henri Guillemin
Henri Guillemin raconte VOLTAIRE « Mon exposé a être en trois parties que, si je n'étais pas convenable, j'intitulerais comme suit : première partie « Voltaire est un salaud », deuxième partie « voltaire n'est pas un salaud » et, troisième partie « Qui est Voltaire ? » D'entrée de jeu Henri Guillemin ouvre le débat sur Voltaire sans prendre de gants. La part d'ombre de ce dernier est trop importante pour qu'on continue à l'ignorer. Sa conception de la liberté se limite en fait au despotisme éclairé, auquel il participa activement. Sa conception de l'égalité se limite à considérer les masses comme faites pour servir et nourrir une minorité privilégiée. Sa conception de la fraternité ne résiste à la véritable haine qu'il porte à Jean-Jacques Rousseau. A bien des égards, on est loin de l'image vertueuse qu'il a voulu donner de lui. Cependant Henri Guillemin rend hommage, et sincèrement, à l'avocat de Calas comme à l'auteur du Traité sur la tolérance et au pourfendeur de la torture dans la justice qui, jusqu'à sa mort douloureuse, luttera pour sauver des innocents injustement condamnés. Alors, oui, Voltaire : bien plus complexe qu'il ne paraît. Henri Guillemin, avec son style unique, nous en restitue les différentes facettes.
15.00 €
9782868197948
Henri Guillemin
La pensée de Nietzsche ? Pour le moment et à mon âge, c est grave je perds espoir d y voir clair, bien que, sur sa mort de Dieu, j aie l impression d apercevoir quelque chose, chez lui, qui me séduit assez. Alors, ici, rien d autre qu une tentative pour deviner, entrevoir le monsieur en tant qu être humain ; l ébauche d une esquisse. Je ne crois pas qu il y ait moyen de faire mieux, sur ce chapitre, tant le personnage est ténébreux et tant il a pratiqué l usage des masques. De profonds « trous noirs » dans ce destin, sur sa prime jeunesse, sur sa vie sexuelle, sur ses rapports avec autrui et notamment avec Wagner, Lou Salomé, Cosima Wagner. De toute évidence, un drôle de corps, un gaillard marqué de signes inquiétants et dont quelques-uns de ses (rares) amis ont pu pressentir qu il finirait dans la démence. Apercevant une fois, une fois seulement, je crois, dans sa vie mais le temps d un éclair le bonheur, une invasion radieuse de bonheur : un Nietzsche transfiguré, saisissant, émouvant. J espère n avoir pas cédé, là, à une illusion optimiste. Henri Guillemin Post-face de Patrick Rödel (extrait) Il y a une proximité de Guillemin et Nietzsche : chez l un comme chez l autre, la même oreille, la même aptitude à entendre ce qui sonne faux (ou juste) dans un discours, la même capacité à soupçonner derrière les postures les plus avantageuses des impostures réelles... P.R.
28.00 €
9782868197931
Henri Guillemin
Après A vrai dire, Eclaircissements, Pas à Pas, un quatrième recueil d études littéraires. Toujours pareil ; pas même « la critique de papa », mais « de grand-papa », comme ils disent. Ils ? Vous savez bien : les maîtres d aujourd hui (je n ai pas écrit : les petits maîtres, parce que je suis loin de les tenir pour négligeables ; difficiles seulement et leur langage me déconcerte). Tant pis. Trop vieux pour une métamorphose, grand-papa ; et pas convaincu non plus qu il ait tellement tort de s obstiner à travailler dans le sens qu il a choisi. Une passion de connaissance. Les uvres et les êtres. L uvre est issue de l être ; parfois même je pense à Péguy elle dépend d une manière déterminante de telle circonstance vécue ; elle jaillit provoquée par tel événement. D où l extrême importance de savoir, autant qu on le peut, ce qu a été cette trajectoire humaine. Mais l être qui écrit, son uvre l éclaire aussi, et dans ses profondeurs, quand bien même les comportements de l auteur sembleraient la démentir. D où la coupable persistance dont je fais preuve dans mes errements préhistoriques. Henri Guillemin
32.00 €
9782868197900
Henri Guillemin
Depuis un certain temps, ce qui se préparait en moi assez largement à mon insu s est carrément « déclaré » dans mon esprit : une « passion de comprendre » ma foi chrétienne elle-même, en inventoriant son contenu, ses structures et la consistance de ses éléments... J ai donc, à mon tour mais sans rompre, catholique pratiquant, fidèle à la messe du dimanche, l été, dans cette région de la Bourgogne Sud, où les statistiques confirment que si, à Mâcon même, dans la vieille ville, les « fidèles » avoisinent encore les 10 % de la population, dans mon coin rural, ils atteignent à peine 2 % , j ai donc étudié, un par un, les « articles de foi » qui constituent la doctrine de la « Sainte Eglise catholique, apostolique et romaine », passant du « difficile à « l impraticable ». Les pages finales de mon livre sont bien celles que j ai écrites les dernières, ayant mis du temps à repérer ce qui a conduit l Eglise là où elle en est. Henri Guillemin
32.00 €
9782868197917
Henri Guillemin
Eh oui, nulle autre méthode : pas à pas. A tout petits pas, c est ainsi que progresse l histoire littéraire. Je considère la route que j ai parcourue depuis mes premières publications. Qu aurais-je apporté à la Connaissance ? Ma réputation est devenue celle d un destructeur, d un « iconoclaste », simplement parce qu à propos d Alfred de Vigny, puis de Benjamin Constant, j ai eu la chance de tomber sur des documents inédits sérieux, assez graves qu il ne pouvait être question de dissimuler. Deux ouvrages, comme on dit, « négatifs ». Mais les « positifs », en bien plus grand nombre (une vingtaine contre deux), ils ne comptent pas ? Je crois avoir prouvé que J.-J. Rousseau n était pas le persécuté imaginaire, dont on a tant parlé, et qu il fut l objet, de la part de la « secte encyclopédiste », d une fureur, d une haine, d un acharnement sans nom ; que Lamartine n avait rien de commun avec le barde pleurard, le mandoliniste languide pour lequel on l a fait passer ; que Victor Hugo n était point la « cymbale retentissante » de la légende, mais un homme de pensée et d action ; que Zola, honni, déchiré, calomnié pour des raisons, avant tout, politiques, méritait, au vrai, plus que l estime. Si j ai souri (comment faire autrement ?) devant les galéjades de Chateaubriand, l étude que je lui ai consacrée n a rien d hostile, bien au contraire ; comme aussi les rectifications qu il m a bien fallu apporter aux mises en scène de Claudel n ôtent rien à l admiration passionnée que m inspire son uvre ni à la tendresse que j avais pour cet homme. Pas à pas. Nous autres, les prolétaires de l érudition, nous faisons notre petite tâche, commandée par une seule loi : le souci de la vérité. Henri Guillemin
32.00 €
9782868197924
Henri Guillemin
Parcours Il se trouve que j ai eu la chance de voir d assez près, en 1939-1940 d abord, à Bordeaux, puis entre 1945 et 1963, quand j appartins au « service culturel » de l ambassade de France à Berne, quelques personnages diversement « historiques ». La chance aussi et très particulièrement d avoir très bien, ou assez bien, ou un peu connu trois hommes qui ont compté dans la vie spirituelle de ma génération : Marc Sangnier, François Mauriac, Paul Claudel (Massignon et Bernanos, je les aurai seulement côtoyés). J y ajoute quelqu un d inattendu mais dont le souvenir me reste cher : Maurice Chevalier. Il ne m a pas été indifférent non plus de voir mon parcours se croiser avec les trajectoires de Sartre, d Etiemble, de Georges Simenon, de Romain Gary, de Pierre-Henri Simon, et du « prieur » de Taizé. Des réflexions, de-ci, de-là, des notes de lectures, des citations que j aime relire. Au total, quelque chose comme la déposition, émiettée, d un témoin de notre temps. Henri Guillemin
39.00 €
9782868197849
Henri Guillemin
La Cause de Dieu ? Voilà qui suscite immédiatement la question : quel Dieu ? Car les confusions et les malentendus s’entassent sur ce « phonème-à-tout-faire ». Le Dieu de monsieur Falloux, qui s’honorait d’être un « catholique mondain », n’a aucune parenté avec le Dieu de Victor Hugo et de Robespierre. Et il y a même, certainement, un athéisme salubre. Si je me réfère à Robespierre, c’est parce que dans son journal Le Défenseur, il s’écriait en juin 1792 : « Ô Dieu puissant, cette cause est la tienne ! » C’est en ce sens que je dis, moi aussi, La Cause de Dieu, un Dieu dont l’autre nom est Justice. Justice et Amour ? Amour, quel mot difficile, ambigu, captieux ! Et que l’on ose à peine prononcer quand des milliers d’enfants innocents meurent, chaque jour, de faim. « Qu’est-ce que fait votre Dieu pendant ce temps-là ? », demandait Hugo le croyant. Et pourtant ! Ce que l’on devine au plus secret de chaque cœur humain, et qui est le contact avec la plus profonde identité de notre être, autrement dit avec Dieu, c’est bien un amour… Surgit là l’énorme et insoluble problème du mal. Alors oui, tant pis ! La Cause de Dieu, en ce double sens d’une passion de la justice et d’une espérance désespérée mais invincible dans la réalité vivante, et cachée, d’un Dieu-Amour.
Henri Guillemin
En ces temps troublés de religions dévoyées, il est précieux de relire cet essai, nécessaire et lucide.
18.00 €
9782868197856
Henri Guillemin
Sans doute l unique étude strictement littéraire dans l uvre d Henri Guillemin, cet ouvrage y est à part. On connaît le très perspicace critique que fut l historien, il en fait ici une démonstration technique remarquable, appliquée à celui qu il considérait comme l un des plus grands poètes et dramaturges de langue française indépendamment de la personnalité de Claudel. « Claudel est un artiste. Cette apparente banalité signifie non point qu au nombre de ses aptitudes et dispositions naturelles figurent le sens et le don de la poésie, mais bien que Paul Claudel est substantiellement un artiste et qu en cela même réside sa détermination spécifique... » Henri Guillemin
18.00 €
9782868197863
Henri Guillemin
Une nouvelle série d'études qui fait suite à A vrai dire. Le même parti pris d'y voir clair. De nombreux documents inédits concernant Benjamin Constant, Vigny, Lamartine, Hugo, Zola. Des tentatives pour «en avoir le coeur net» à propos de Racine, de Voltaire, de Madame de Staël. Je ne sais pas pourquoi l'enquêteur, l'historien, n'aurait pas le droit d'avoir son avis. Lorsqu'il s'est informé de son mieux, il dit ce qu'il pense ; «le propre de la vérité, déclarait Hugo, c'est de manquer de complaisance». Ce n'est pas ma faute si les uns vus de près, on s'aperçoit qu'on les aurait aimés, quand ils étaient là ; et que d'autres, hélas, ne sont pas de la même espèce.
26.00 €
9782868197870
Henri Guillemin
Inédits en volume ces textes, publiés à l'origine dans La Vie intellectuelle, méritaient une publication à part entière car, dans aucun autre de ses écrits, Henri Guillemin n'aborde de façon si éclairante, L cette facette du philosophe. C'est chose faite et justice rendue (grâce à l'intelligente et impitoyable, pour ne pas dire guilleminesque distance critique de Patrick Berthier) à l'estime, pour ne pas dire l'amitié, qu'Henri Guillemin porta toujours à Jean-Jacques...
15.00 €
9782868197818
Henri Guillemin
« Ce feu qui brûlait en lui, et qu il avait délibérément voulu éteindre pour réussir , une braise en est restée, indestructible et qui, parfois, malgré lui, jette des étincelles et qui va tourner au brasier » : c est ce balancement terrible dans le c ur de l homme, entre la soumission à l argent et la révolte, qu examine ici Henri Guillemin a propos de Jules Vallès. L auteur de la trilogie de Jacques Vingtras, dès lors qu il a opté pour l insurrection, restera fidèle à son engagement pour la justice sociale. « Il me plaisait bien, Vallès, parce qu il n avait pas triché, qu il ne s était pas contenté de parler et d écrire, qu il avait, dans sa bataille humaine, mis le paquet, pour de bon, tout le paquet, y compris sa peau, son corps, sa vie... » Henri Guillemin
15.00 €
9782868197771
Henri Guillemin
La destinée du Général est plus facile à résumer dans son parcours éblouissant qu à suivre des yeux, pas à pas. Des zones d ombre subsistent dans cette trajectoire, et les moyens mis en uvre par de Gaulle pour parvenir à ses fins ne sont pas tous du même ordre ; il arrive que l élégance y tombe dans la manigance. Il y a, dans l aventure du Général, trois temps bien distincts. La vingtaine d années d abord qu il employa au service de sa volonté de puissance ; ce qui nous mène à ses cinquante-quatre ans (1944). Puis un trou, un long piétinement, douze ans de chômage, cruel et mal supporté. Enfin, dans sa vieillesse, de soixante-sept à soixante-dix-huit ans, de Gaulle monarque, tel qu il souhaitait l être. Toutes ces circonstances ne vont pas sans le recours à des procédés parfois surprenants. Le personnage public de Charles de Gaulle, je crois que nous commençons à pouvoir le deviner avec assez d exactitude. Mais la personne sous le personnage ? Autre histoire. De Gaulle verrouillait sa vie privée. Là, pour nous, l énigme. Henri Guillemin
30.00 €
9782868197788
Henri Guillemin
En fin de parcours, j'ai voulu dire une bonne fois, brièvement mais clairement, ma pensée sur ce Nazaréen dont le passage parmi les hommes (d'Occident, tout au moins) n'aura pas été sans conséquence. Dans ces pages, en somme, l'aboutissement d'un demi-siècle - et plus - de lectures, réflexions, ruminations ; d'expériences aussi. Quelque chose comme un témoignage testamentaire. Je sais très bien que n'a vraiment guère d'importance ce que peut dire à ce sujet quelqu'un qui n'a jamais été un créateur, mais un simple commentateur, au surplus, comme tel, très contesté. Pourtant je me risque. Dans l'espoir d'aider peut-être, avant de mourir, quelques esprits - de jeunes esprits surtout - guettés par la tentation, trop explicable, de l'à quoi bon. C'est ma seule justification.
15.00 €
9782868197801
Henri Guillemin
On avait bien compris, à la lecture de son Silence aux pauvres, qu'Henri Guillemin ne se contentait pas, quant à la Révolution française de 1789, des versions officielles et convenues. La suite de conférences, données à la Radiotélévision belge en 1967, réunies ici par les soins de Patrick Rödel et Jean-Marie Flémale, nous le confirme. Pour Henri Guillemin, en 1789, on assiste à une révolution des gens de bien, qui doit permettre à la bourgeoisie d'affaires d'accéder au pouvoir, quitte à le partager avec l'aristocratie dans le respect d'un certain ordre social. La vraie Révolution, populaire, qui se préoccupe réellement des classes pauvres, du Quart Etat, restait à venir. Elle aura vécu de 1792 à 1794 et sera liquidée avec la mort de Robespierre. C'est donc de ces deux Révolutions françaises que traite ici Henri Guillemin, en bousculant singulièrement, une fois de plus, les idées reçues.
26.00 €
9782868197740

Du même éditeur:

15.00 €
9782868190987
15.00 €
9782868198044
28.00 €
9782868198037
15.00 €
9782868198006
24.00 €
9782868199379
18.00 €
9782868197979
19.00 €
9782868197887
15.00 €
9782868197894
15.00 €
9782868197832
22.00 €
9782868199355
14.00 €
9782868197825
18.00 €
9782868197795
15.00 €
9782868197764
14.00 €
9782868197757
15.00 €
9782868197733
19.00 €
9782868197726
15.00 €
9782868197719
14.00 €
9782868197696
32.00 €
9782868197689
32.00 €
9782868197672

Dans le même rayon:

20.00 €
9791035304768
30.00 €
9782359920666
29.00 €
9782353744435
29.00 €
9782353744428
12.00 €
9782350687056
20.00 €
9791035304751
30.00 €
9791035304478
9.90 €
9791035302955
27.00 €
9782353744381
27.00 €
9782353743889
31.00 €
9782353744374
20.00 €
9791035305222
23.00 €
9791035305376
20.00 €
9791035304010
22.00 €
9791035304874
20.00 €
9791035304799
20.00 €
9791035304744
10.00 €
9782350688107
19.50 €
9782368831922
24.00 €
9782368831946