Soleils diffusion - distribution
3, rue Jean Dollfus
 - 75018 Paris
 - Tel: 01 45 48 84 62
sollogo

Fiche article

9782916724478
Alexis de Tocqueville, une pensée précoce
Une œuvre d'Anne Rotenberg
PDF
Ouvrage broché portant le numéro ISBN 9782916724478, vendu 10 € et classé au rayon « Littérature », publié le 05 juin 2013 par les éditions TriArtis et d'un poids de 200 grammes.
Titre épuisé !
Pas de résumé disponible...

Extrait tiré de l'ouvrage :

« Nous voilà donc à New York. L’aspect de la ville est bizarre pour un Français, et peu agréable. On ne voit ni un dôme, ni un clocher, ni un grand édifice ; de manière qu’on se croit toujours dans un faubourg.
Dans l’intérieur, la ville est bâtie en briques, ce qui lui donne un aspect fort monotone. On ne voit aux maisons ni corniches, ni balustrades, ni porte cochère ; les rues sont mal pavées, mais il y a dans toutes des trottoirs pour les piétons.
Nous eûmes toutes les peines du monde à nous procurer un logement parce que dans cette saison les étrangers abondent. Enfin nous trouvâmes à nous établir à merveille dans la rue la plus à la mode, qu’on appelle Broadway.
Une grande difficulté que nous avons rencontrée dès notre sortie de France, et qui commence à être surmontée, c’est la langue. Nous nous figurions savoir l’anglais à Paris, semblables aux jeunes gens qui se croient savants à la sortie du collège. C’est souvent une pitié de nous entendre ; mais enfin nous nous faisons comprendre et nous entendons tout. On nous assure que nous finirons par parler remarquablement bien. Ce sera alors une excellente acquisition que nous aurons faite.

Vous désirez sans doute, ma chère maman, savoir quel est notre genre de vie actuel ? Le voici.
Nous nous levons entre cinq et six, et nous travaillons jusqu’à huit ; à huit heures, la cloche de la pension annonce le déjeuner. Tout le monde s’y rend ponctuellement. Après quoi nous sortons pour visiter quelques établissements ou nous aboucher avec quelques hommes intéressants à entendre. Nous revenons dîner à trois heures ; à cinq, nous rentrons ordinairement chez nous pour mettre nos notes en ordre jusqu’à sept, heure à laquelle nous allons dans le monde prendre le thé.
Ce genre de vie est fort agréable, et je le crois très sain ; mais il confond toutes nos habitudes.
L’absence de vin dans nos repas nous a paru dans le commencement fort incommode, et nous ne pouvons encore concevoir la multitude de choses qu’on parvient à se fourrer ici dans l’estomac. Vous savez qu’indépendamment du déjeuner, du dîner, et du thé, avec lequel les Américains mangent du jambon, ils font encore un souper très copieux et souvent un goûter. Voilà jusqu’à présent la seule supériorité incontestable que je leur reconnaisse sur nous.
Mais eux s’en croient bien d’autres : les gens ici me paraissent puants d’orgueil national ; il perce à travers toute leur politesse. »

Du même auteur:

Anne Rotenberg, Na(...)
Marie Curie reçoit en 1903 le prix Nobel de physique avec son mari Pierre Curie. Lors de la disparition prématurée de celui-ci en 1906, elle est anéantie. Elle tient alors un journal intime, recueil de lettres fictives écrites à « son Pierre ». Sa fille aînée, Irène, n’a que neuf ans. Pendant trente ans, mère et fille vont s’écrire chaque fois qu’elles sont séparées. Privée trop tôt de la présence de son père, Irène reporte toute son affection sur sa mère qu’elle admire et dont elle partage les goûts. Elle est pour Marie « une compagne et amie ». Ensemble elles se mobilisent en 14 et mettent leurs compétences et leurs énergies au service des blessés avec les « petites curies », unités mobiles de radiologie créées par Marie Curie. Unies par une profonde tendresse et par une même passion : la recherche, leurs échanges et écrits personnels dévoilent le portrait d’une Marie Curie humaniste, passionnée, déterminée, défiant tout sexisme. Avec le concours du Musée Curie (Institut Curie, Paris)
Préfacé par Geneviève Almouzni qui dirige depuis 2013 le Centre de Recherche de l’Institut Curie. Après Marie Curie et Irène Joliot-Curie, elle est la troisième femme à occuper le poste de directrice.
10.00 €
9782916724904
Anne Rotenberg
A Ekaterinbourg, on découvrit un coffret aux initiales d'Alexandra Feodorovna. Il contenait les quelque quatre-cents lettres adressées au Tsar par l'Impératrice. Dans cette volumineuse correspondance, elle exhorte sans cesse son mari à l'absolutisme : « Montre que c'est toi le maître ». Elle raconte aussi les menus faits quotidiens et témoigne de son amour : « Tu es ma vie, mon âme et chaque séparation me cause une douleur immense », écrit-elle à Nicolas II, qui a pris, loin d'elle, le commandement des armées à Moghilev. Profondément religieuse, superstitieuse même, soucieuse de son rang, la souveraine porte une dévotion absolue à Raspoutine, lequel la tient sous influence. Acte politique, décision militaire, économique, tout ce qu'il exprime prévaut. Qui ne partage pas son aveuglement pour Raspoutine est « un ennemi de toute la famille royale ». Cependant dans les voix du tumulte mondial, Nicolas II, sous la double emprise de son épouse et de son intraitable « conseiller », n'entend pas gronder la révolution en marche.
9.48 €
9782916724539

Du même éditeur:

10.00 €
9782490198283
10.00 €
9782490198290
15.00 €
9782490198269
15.00 €
9782490198252
24.00 €
9782490198238
10.00 €
9782490198207
10.00 €
9782490198221
10.00 €
9782490198245
10.00 €
9782490198191
18.00 €
9782490198184
10.00 €
9782490198177
10.00 €
9782490198122
10.00 €
9782490198115
10.00 €
9782490198092
15.00 €
9782490198108
10.00 €
9782490198085
10.00 €
9782490198078
10.00 €
9782490198061
10.00 €
9782490198023
10.00 €
9782490198054

Dans le même rayon:

11.50 €
9782930188522
19.00 €
9782373555875
18.00 €
9791094464373
20.00 €
9782366661323
16.00 €
9791094464458
22.00 €
9782366661569
15.00 €
9782373555981
15.00 €
9782373555660
10.00 €
9791090257375
4.95 €
9791035305161
19.00 €
9782956465720
23.00 €
9791094464366
6.50 €
9782370510327
13.00 €
9782377590421
13.00 €
9782373555257
15.00 €
9782373555721
15.00 €
9782373555998
12.00 €
9782373555936
17.50 €
9782370511386
20.00 €
9782368831373