SOLEILS diffusion - distribution
23, rue de Fleurus - 75006 Paris - Tel: 01 45 48 84 62 - Fax: 01 42 84 13 36

Logo SOLEILS

Fiche article

9782916724508
Voyage en grande wilsonie
Une œuvre de Malgouyres Philippe
Ouvrage broché portant le numéro ISBN 9782916724508, vendu 8 € et classé au rayon « Littérature », publié le 23 septembre 2013 par les éditions TriArtis et d'un poids de 200 grammes.
Peu de mortels eurent la chance ou le courage de pénétrer dans le royaume de Baâb. C'est ce voyage qui vous est offert aujourd'hui, dans les réalités du Watermill Center près de New York et l'imaginaire de son créateur et maître suprême, Bob Wilson. Ce pastiche hilarant et onirique - dans le goût des voyages initiatiques des temps passés - nous introduit dans l'univers de l'artiste, emblème des avant-gardes, qui a révolutionné, au passage, le théâtre européen.

Extrait tiré de l'ouvrage :

« Bob Wilson
Nous avions aperçu, dès notre premier jour en Wilsonie, un homme d’une haute stature, portant un habit noir, qui semblait recevoir une déférence particulière. Mais, comme accablés que nous étions devant tant de nouveautés, nous n’y fîmes pas plus attention. Ce n’est que plusieurs jours plus tard, lorsque nous fumes admis à la liturgie matinale que nous comprîmes qu’il s’agissait du premier personnage du royaume, le Grand-Prêtre de Bâab, Archimandrite de Wilsonie, Mage des deux rivages, Gardien de l’équerre et de la ligne, Le-Seul-qui-se-tient-tout-à-fait-vraiment-droit, Luminaire des quatre points de l’horizon et Percepteur général. Il était d’une stature et d’une corpulence plus fortes que la normale, le teint pâle et rosé, l’œil très clair et glaçant tout ce qu’il touche, le crâne allongé couvert de cheveux blancs parfaitement ratissés.
Chaque matin, les Wilsonites se réunissaient sur un podium de bois dans la forêt. L’un des principaux sbires leur donnait des ordres pour la journée, personne ne sachant jamais à l’avance ce qui allait lui incomber. Puis, après une petite heure de ces palabres, le Grand-Prêtre arrivait suivi d’un acolyte. Les avenues de Wilsonia étaient toutes couvertes de graviers afin que l’on pût entendre les allées et venues. Dans un silence pesant, son arrivée était d’abord signalée par le crissement de ces petites pierres sous ses pieds avant que sa grande silhouette sombre ne se détachât sur le ciel. Il était toujours vêtu de noir de la tête au pied, d’une sorte de ces longues culottes que l’on voit à certains personnages de théâtre et d’une espèce de camisole comme portent parfois les femmes à la campagne dans les fortes chaleurs et qui ne couvre pas le cou ni le gras du bras1. Puis il s’asseyait sur un grand siège resté vide auprès d’une grande pierre, placé là à cet effet. Tous se taisaient et pendant un gros quart d’heure observaient un silence religieux sous le regard pénétrant du Grand-Prêtre. Puis il se mettait à parler, et psalmodiait des incantations d’une voix sourde et imprécise.
La fin de cette cérémonie, qui pouvait varier considérablement dans le menu, était invariablement signifiée aux assistants de la même manière. Il se dressait, et d’une voix forte, les renvoyait d’une courte phrase sur le sens de laquelle nous ne pûmes que conjecturer2. Le père S*** soutenait qu’il s’agissait d’une invocation latine commençant par Ave et finissant par un mot inconnu, Graitedai. Il prétendait avoir décelé certaines racines latines dans le vocabulaire des Wilsonites, ce dont je doute fort ; le père S*** est plus recommandable pour sa piété que pour son érudition philologique. Moi qui l’ai écouté avec grande attention suis arrivé à la conclusion qu’il disait Aveuglette, dés pour signifier que le Hasard ne pouvait engendrer que le chaos et que le principal devoir des Wilsonites était de le remplacer par l’Ordre. Ma femme, et je ne rapporte ce fait que pour montrer combien l’esprit des femmes est diffèrent du nôtre, prétendait qu’au ton de sa voix, cela semblait une sorte de salut familier. Le manque de conception élevée de ce sexe et d’imagination philosophique l’empêchait de voir qu’un tel personnage ne saurait s’exprimer que par énigmes. Cette cérémonie sans pompe, à laquelle les assistants étaient tous pieds nus, fut la seule que nous pûmes contempler. Sans doute les murs du palais de Bâab et son appartement étaient-ils témoins d’autres rites sur lesquels nos yeux profanes ne sauraient se poser. J’oubliai de dire que tous les déplacements du Grand-Prêtre se faisaient selon la ligne droite et l’angle droit, comme chacun de ses mouvements ce qui lui donnait l’air d’une sorte d’automate ou mannequin articulé comme ceux que fabriquent nos plus habiles mécaniciens. Mais de cela nous parlerons au chapitre suivant. »

Du même éditeur:

10.00 €
9782490198122
10.00 €
9782490198115
10.00 €
9782490198092
15.00 €
9782490198108
10.00 €
9782490198085
10.00 €
9782490198078
10.00 €
9782490198061
10.00 €
9782490198054
10.00 €
9782490198023
10.00 €
9782490198047
10.00 €
9782490198030
10.00 €
9782490198016
10.00 €
9782490198009
10.00 €
9782916724997
10.00 €
9782916724430
10.00 €
9782916724980
10.00 €
9782916724973
30.00 €
9782916724959
18.00 €
9782916724966
10.00 €
9782916724942
10.00 €
9782916724928

Dans le même rayon:

21.00 €
9782353744350
15.00 €
9782490006090
15.00 €
9782490382118
24.00 €
9782356921741
18.00 €
9782490873043
13.00 €
9782373553123
14.00 €
9782373551822
16.00 €
9782373551815
15.00 €
9782373551792
18.00 €
9782373551808
9.00 €
9782912789846
9.50 €
9782356601025
20.00 €
9782930188331
14.00 €
9782930440354
4.95 €
9791035302733
13.00 €
9782373553253
19.00 €
9782490006083
13.00 €
9782373553048
18.00 €
9782373553086
10.00 €
9782490198115
20.00 €
9791093644325