SOLEILS diffusion - distribution
23, rue de Fleurus - 75006 Paris - Tel: 01 45 48 84 62 - Fax: 01 42 84 13 36

Logo SOLEILS

Fiche article

9782916724867
VINCENT & THEO VAN GOGH Frères jusqu'à la folie
Une œuvre d'Agnes Akerib
Ouvrage broché portant le numéro ISBN 9782916724867, vendu 10 € et classé au rayon « Littérature », publié le 15 mai 2017 par les éditions TriArtis dans la collection « Scenes intempestives a grignan », large de 135 millimètres pour 175 de haut et comportant 61 pages.
Vincent, prolifique en peintures comme en écrits, a travaillé sur des centaines de toiles, accompagnées de centaines de lettres envoyées à Theo?; ce Théo, de quatre ans son cadet, qui disait de Vincent: «Mon frère plus que frère.» Theo aida Vincent des années durant à accomplir son œuvre magnifique, prodiguant ses conseils, apportant son soutien financier et sa tendre sollicitude. Il cherchait les meilleurs médecins, les meilleurs lieux de vie pour l’artiste qu’il admirait. Il savait que les hallucinations et les crises de son frère avaient d’autres origines que les abus dénoncés par certains. En retour, avec une lucidité inégalée, en particulier dans les trois derniers étés de leur vie – à peine six mois séparent leur disparition?–, Vincent respectait leur contrat moral, lui expédiait toiles peintes et dessins, se réjouissait de ses joies, partageait ses craintes, l’encourageait dans son métier de marchand d’art. Cette adaptation propose un nouveau regard sur les frères van Gogh.

Extraits tirés de l'ouvrage :

« Mon cher Theo,
Un Cézanne me revient en mémoire, La Moisson qui donne tout le côté âpre de la Provence.
En juin, la nature commence à être brûlée. Dans tout il y a du vieil or, du bronze, du cuivre dirait-on ; avec l’azur vert du ciel chauffé à blanc, cela donne une couleur délicieuse excessivement harmonieuse avec des tons rompus à la Delacroix.
En revenant des champs avec ma toile, je me dis : tiens ! voila que je suis arrivé à des tons pareils.
Avec ton billet de 100 francs, j’ai acheté pour 50 francs de toile, des châssis de divers formats pour tendre des toiles dessus, quand bien même je te les enverrais roulées quand elles seront sèches.
Je te félicite d’exposer les paysages de Monet et je regrette bien de ne pas les voir.
Tu as eu de la chance de rencontrer Guy de Maupassant – je viens de lire son premier livre Des vers, dédiées à son maître Flaubert. Je te le dis, Maupassant est à Zola ce que Vermeer de Delft est à Rembrandt.
J’ai eu une semaine d’un travail serré et raide dans les blés en plein soleil, il en est résulté des études de paysages et une esquisse de semeur. Sur un champ labouré, un grand champ de mottes de terre violettes montant vers l’horizon, un semeur en bleu et blanc. Sur tout cela un ciel jaune avec un soleil jaune.
Mon désir de faire un semeur date depuis si longtemps, mais les désirs ne s’accomplissent pas toujours. J’en ai donc presque peur.
À bientôt j’espère. Poignée de main et succès avec ton exposition. Bien à toi. Vincent »
« Mon cher frère,
Il m’a semblé voir dans ta bonne lettre tant d’angoisse fraternelle qu’il me semble de mon devoir de rompre mon silence. Je t’écris en pleine possession de ma présence d’esprit ; non pas comme un fou, mais en frère que tu connais.
Voici la vérité : un certain nombre de gens d’ici ont adressé au maire une pétition (plus de 80 signatures) me désignant comme un homme indigne de vivre en liberté. Le Commissaire de police a donné l’ordre de m’interner de nouveau. Me voici de longs jours, enfermé sous clefs et verrous et gardiens, au cabanon, sans que ma culpabilité soit prouvée.
Quelle misère – tout cela pour rien ! Je ne te cache pas que j’aurais préféré crever que de te causer tant d’embarras.
Mais que veux-tu… Souffrir sans se plaindre est l’unique leçon qu’il s’agit d’apprendre dans cette vie.
Si je devenais aliéné pour de bon, il faudrait dans tous les cas me traiter autrement, me rendre l’air, mon travail. Le mieux pour moi serait de ne pas rester seul ; mais je préférerais demeurer éternellement dans un cabanon que de sacrifier une autre existence à la mienne. Le métier de peintre est triste et mauvais par les temps qui courent. Si j’étais catholique, j’aurais la ressource de me faire moine…
Dis à ta fiancée, à la mère et à la sœur de ne pas s’inquiéter pour moi et de croire que je suis en bonne voie de guérison. T. à t. Vincent. »

Du même éditeur:

10.00 €
9782490198030
10.00 €
9782490198016
10.00 €
9782490198009
10.00 €
9782916724997
10.00 €
9782916724430
10.00 €
9782916724973
10.00 €
9782916724980
18.00 €
9782916724966
30.00 €
9782916724959
10.00 €
9782916724942
10.00 €
9782916724928
10.00 €
9782916724935
15.00 €
9782916724898
10.00 €
9782916724904
10.00 €
9782916724911
10.00 €
9782916724850
10.00 €
9782916724874
10.00 €
9782916724881
10.00 €
9782916724843
10.00 €
9782916724836

Dans le même rayon:

11.43 €
9782930188461
18.00 €
9782368830512
16.00 €
9782364522916
9.90 €
9791035300654
19.00 €
9782917032978
18.00 €
9782364523692
20.00 €
9791035302160
13.00 €
9782373552331
14.00 €
9782373552287
10.00 €
9782490198030
13.00 €
9782849742662
20.00 €
9782373552041
20.00 €
9782490006069
20.00 €
9791035300760
9.90 €
9791035302139
13.50 €
9791097339111
14.00 €
9782490006052
13.00 €
9782373552379
22.00 €
9782357150287
15.00 €
9782373552256
19.50 €
9782368830451