SOLEILS diffusion - distribution
23, rue de Fleurus - 75006 Paris - Tel: 01 45 48 84 62 - Fax: 01 42 84 13 36

Logo SOLEILS

Fiche article

9791035303822
Il n'y a pas de beau jour pour mourir
Une œuvre de Joël Nivard
Ouvrage broché portant le numéro ISBN 9791035303822, vendu 13.9 € et classé au rayon « Poche/Polar », publié le 1er mars 2019 par les éditions Geste dans la collection « Le geste noir », large de 110 millimètres pour 178 de haut et comportant 300 pages.
Quelque part en Espagne, deux amis de trente ans se retrouvent, dans la nostalgie des années passées. Par fidélité, Max acceptera de rendre un service à son ami Martin, récupérer un colis qui arrivera par bateau et le remonter jusqu’à Limoges. Mais le voyage sera rude. Venues du Congo, Fatimatou et ses congénères, après avoir traversé l’enfer du désert, s’apprêtent à connaître celui du froid et de l’hiver. La déshumanisation et la prostitution. Et tout autour, il y a les autres : « le parrain » désabusé, amateur de poésie et que l’on pousse vers la sortie, les nervis, les petits trafiquants, les obscurs qui en «croquent», Suzanne, reconvertie en tueuse à gages. Et tous ceux de l’ombre qui avancent, visage masqué. Qui manipule qui dans ce jeu de massacre ? Qui veut prendre la main sur le business ? Roman choral, ce «bal des pourris» est une ode aux malfaisants.
Joël Nivard est né à Limoges où il a passé toute une carrière de commercial, il vit toujours dans cette ville qu’il a longuement évoqué dans les pièces de théâtre qu’il a écrite et qui ont été jouées à Limoges comme « Limoges avril 1905 » ou « Les chroniques du trolley ». Il a publié 2 romans : « Loser » en 1983 aux Editions Denoël et « On dira que c’est l’été, deux ou trois jours avant la nuit » aux Editions Albin Michel en 1986. Son théâtre « On pourra pas dire qu’il a pas fait beau aujourd’hui », « Rien n’arrive pour rien », « Limoges, avril 1905 », « T’avais qu’à prendre le trolley » et « Faut il abattre les tringleurs de rideau ? » est publié aux Editions Le Bruit des Autres. Il aime la nuit, le vin, le roman noir et le rock’n’roll qu’il consomme sans modération.

Du même auteur:

Joël Nivard
C est juste ces mots-là qu elle lui a dits. Ou à peu près : « Tu as le blues de la soixantaine et la déprime des seniors qui vont devoir assumer de n être plus rien. Tu as vécu pour ton job mais il ne te le rend pas. Il ne te doit rien quand toi tu lui dois tout. Tu es bon pour les antidépresseurs, les anxiolytiques et les hypnotiques pour border tes nuits. Ça fait pas de cadeau les désillusions. C est comme les femmes quand elles se sentent un peu larguées... » Elle n avait pas tort, bien sûr. Il le savait bien. Sur fond de montages financiers douteux, de profits immédiats, de retours sur investissements instantanés, les élites se gobergent à l envi. Rien de bien nouveau. C est toujours la même histoire. Et quand la bourgeoisie s encanaille, qu une partie fine tourne mal, que les meurtres s accumulent, que la violence reste la règle et que lui, au crépuscule de sa carrière, doit « finir en beauté » comme dirait le Boss, elle avait beau jeu de conclure : « À bientôt, ici ou ailleurs ! Mais où tu voudras, je crains que ce ne soit nulle part. Surtout, n oublie pas de nous dire adieu ! » Des mots qui claquent comme les riffs de guitare d un bon vieux rock n roll. Comme une blessure qui aura du mal à cicatriser. Commissaire Varlaud, à suivre...C’est juste ces mots-là qu’elle lui a dits. Ou à peu près : «?Tu as le blues de la soixantaine et la déprime des seniors qui vont devoir assumer de n’être plus rien. Tu as vécu pour ton job mais il ne te le rend pas. Il ne te doit rien quand toi tu lui dois tout. Tu es bon pour les antidépresseurs, les anxiolytiques et les hypnotiques pour border tes nuits. Ça fait pas de cadeau les désillusions. C’est comme les femmes quand elles se sentent un peu larguées…?» Elle n’avait pas tort, bien sûr. Il le savait bien. Sur fond de montages financiers douteux, de profits immédiats, de retours sur investissements instantanés, les élites se gobergent à l’envi. Rien de bien nouveau. C’est toujours la même histoire. Et quand la bourgeoisie s’encanaille, qu’une partie fine tourne mal, que les meurtres s’accumulent, que la violence reste la règle et que lui, au crépuscule de sa carrière, doit «?finir en beauté?» comme dirait le Boss, elle avait beau jeu de conclure?: «?À bientôt, ici ou ailleurs?! Mais où tu voudras, je crains que ce ne soit nulle part.  Surtout, n’oublie pas de nous dire adieu?!?» Des mots qui claquent comme les riffs de guitare d’un bon vieux rock’n’roll. Comme une blessure qui aura du mal à cicatriser. Commissaire Varlaud, à suivre...
Joël NIVARD est né à Limoges où il a passé toute une carrière de commercial, il vit toujours dans cette ville qu’il a longuement évoqué dans les pièces de théâtre qu’il a écrite et qui ont été jouées à Limoges comme « Limoges avril 1905 » ou « Les chroniques du trolley ». Il a publié 2 romans : « Loser » en 1983 aux Editions Denoël et « On dira que c’est l’été, deux ou trois jours avant la nuit » aux Editions Albin Michel en 1986. Son théâtre « On pourra pas dire qu’il a pas fait beau aujourd’hui », « Rien n’arrive pour rien », « Limoges, avril 1905 », « T’avais qu’à prendre le trolley » et « Faut il abattre les tringleurs de rideau ? » est publié aux Editions Le Bruit des Autres. Il aime la nuit, le vin, le roman noir et le rock’n’roll qu’il consomme sans modération.
13.90 €
9791035300227
Joel Nivard
Couverture et quatrième indisponibles !
13.90 €
9782367467016
Joel Nivard
Une série de meurtres dans la ville de Limoges, sans mobile apparent, si ce n’est que les protagonistes sont tous liés au milieu du banditisme local. Un vieux flic attend sa retraite et promène un oeil caustique sur sa hiérarchie, leurs procédures de «managers» et leur culture du résultat, sans illusion sur la déliquescence de ce milieu. Il pimente alors sa vie de flic par l’amitié des hommes, l’amour des femmes, les nuits sans sommeil, l’amour du vin et de la bonne chère. Au son du rock’n’roll et de la nostalgie, il achève sa carrière par cette enquête qui en sera le point d’orgue.
Joël NIVARD est né à Limoges où il a passé toute une carrière de commercial. Il vit toujours dans cette ville qu’il a évoquée dans les pièces de théâtre qu’il a écrites comme « Limoges avril 1905 » ou « Les chroniques du trolley ». Il a publié 2 romans : « Loser » en 1983 aux Éditions Denoël et « On dira que c’est l’été, deux ou trois jours avant la nuit » aux Éditions Albin Michel en 1986. Son théâtre « On pourra pas dire qu’il a pas fait beau aujourd’hui », « Rien n’arrive pour rien », « Limoges, avril 1905 », « T’avais qu’à prendre le trolley » et « Faut il abattre les tringleurs de rideau ? » est publié aux Editions Le Bruit des Autres. Il aime la nuit, le vin, le roman noir et le rock’n’roll qu’il consomme sans modération.
13.90 €
9782367464558
Joel Nivard
Chômage, solitude, fermeture d’usines… Lorsqu’ils se rencontrent, les deux héros de ce nouveau roman noir de Joël Nivard essayent de survivrent dans une France en crise. Fred vient de fermer sa boîte, le chômage de ses employés pèse sur ses épaules, il s’inquiète face à l’avenir qui s’annonce incertain. Zina, 46 ans, ancrée dans une profonde solitude, comble ses journées à ressasser un passé trouble... Un rencontre improbable, une relation où l’indignation va laisser place à la violence… Il suffit d’ouvrir le journal. D’allumer la télé. D’écouter la radio. Les usines, elles ferment. À tour de bras. Et il n’y a pas de responsable. On dit la crise. On dit la conjoncture. Alors on trouve un lampiste qui dissimule de son corps, des êtres sans formes, sans visages. Planqués derrière des écrans d’ordinateur ou dans le vocabulaire aride de mots comme productivité, profits, loi des marchés... ils ont pour nom, une identité générique : les actionnaires. Mais à la fin, ce sont toujours les mêmes, qui gagnent. Fred, il n’a qu’une chanson dans la tête, un amour blessé dont il ne sait pas faire le deuil et la colère des indignés. Avec pour tous bagages des lambeaux de mémoire, Zina se mure dans la solitude des humbles dont la dignité reste définitivement silencieuse, définitivement ailleurs. Rencontre improbable de ces rebelles du hasard qui après l’indignation, n’ont pas d’autre choix que celui de la violence.
Joël NIVARD est né à Limoges ou il a passé toute une carrière de commercial, il vit toujours dans cette ville qu’il a longuement évoquée dans les pièces de théâtre qu’il a écrites et qui ont été jouées à Limoges comme « Limoges avril 1905 » ou « Les chroniques du trolley ». Il a publié 3 romans : « LOSER » aux Editions Denoël, « On dira que c’est l’été, deux ou trois jours avant la nuit » aux Editions Albin Michel et « Dernière sortie avant la nuit » aux Editions Geste. Son théâtre est publié aux Editions Le Bruit des Autres. Il aime la nuit, le vin, le roman noir et le rock’n’roll. A consommer sans modération.
13.90 €
9782367460949
Joel Nivard
Plongez dans une histoire sombre et mystérieuse en plein coeur de Limoges.

Une nuit, un homme est abattu dans une rue de Limoges, sans mobile ni motif apparent. Ce meurtre déchaîne alors des passions aussi violentes et soudaines qu inattendues...
Il y a tout d abord les réactions des proches de la victime. Face à l'horreur de la situation, ces derniers sont naturellement en proie à l'incompréhension la plus totale. Mais s'immisce peu à peu en eux le doute. Connaissaient-ils réellement cet homme avec qui ils ont partagé tant de bons moments ? N y avait-il pas en lui une part sombre, méconnue de tous ?
Il y a ensuite les réactions des habitants de la ville. Attristés par la nouvelle, chacun semble apporter son soutien et faire preuve d'empathie. Mais quand le masque tombe, les faux-semblants se dévoilent et la vérité s'impose, impitoyable...

Un ouvrage qui mêle suspense et rebondissement jusque dans ses dernières pages.
11.05 €
9782845618466

Du même éditeur:

13.90 €
9791035303549
11.90 €
9791035305529
13.90 €
9791035304836
12.90 €
9782367464220
9.90 €
9791035303013
13.90 €
9791035304829
12.90 €
9791035304850
12.90 €
9791035305154
13.90 €
9791035304812
29.90 €
9791035304102
8.00 €
9782367464572
18.00 €
9791035304959
25.00 €
9791035305505
13.90 €
9791035303389
20.00 €
9791093644233
12.90 €
9791035303358
4.95 €
9791035304058
5.50 €
9791035303242
9.90 €
9791035303433
20.00 €
9791035304331

Dans le même rayon:

9.00 €
9782355502743
10.50 €
9782355502750
9.50 €
9782355502712
10.50 €
9782355502729
16.00 €
9782377590247
15.00 €
9782377590209
13.90 €
9791035303365
13.90 €
9791035301958
10.50 €
9782355502705
9.00 €
9782355502699
11.00 €
9782350687834
11.50 €
9782350686868
12.90 €
9791035304263
10.00 €
9782359920635
10.00 €
9782355502682
9.50 €
9782355502675
13.90 €
9791035304287
13.90 €
9791035303372
11.00 €
9791095049067
9.50 €
9782350686783