Soleils diffusion - distribution
3, rue Jean Dollfus
 - 75018 Paris
 - Tel: 01 45 48 84 62
sollogo

Fiche article

9791035306335
La dernière guerre de Vendée
(la duchesse de berry et les legitimistes)
Une œuvre de Laurent Morival
PDF
i
Nous avons commandé un réassort de cet article le 21 septembre 2021.
Ouvrage broché portant le numéro ISBN 9791035306335, vendu 25 € et classé au rayon « Histoire », publié le 13 mars 2020 par les éditions Geste dans la collection « Portrait d'Histoire », large de 158 millimètres pour 240 de haut et comportant 488 pages.
Avant de repérer les principaux acteurs de la légitimité, les faits recueillis rendent compte d’une opposition multiforme qui trouve une expression politique. Ensuite, l’objectif est de montrer comment les « insoumis » à l’armée et des ruraux se sont mêlés à l’épopée de la duchesse de Berry, dont l’échec était prévisible avant même la tentative de soulèvement de juin 1832. A partir du début du mois de juin 1832, la répression s’accentue dans le cadre de l’état de siège, puis elle trouve une nouvelle orientation sous la responsabilité de Paulze d’lvoy, préfet de la Vendée de 1833 à 1841. Durant cette période, l’autorité préfectorale s’est affermie. Les actes de la « chouannerie » deviennent de plus en plus rares. Quelques « insoumis » à l’armée échappent à la répression. Ils ne vivent pas isolés. Ils sont soutenus par la famille, les voisins, les nobles locaux mais aussi par les réseaux clandestins. Les années 1835-1836 marquent alors un tournant. La violence disparaît progressivement. Les autorités n’envisagent plus avec sévérité les actions isolées. La répression s’estompe. Les mesures de clémence judiciaire permettent d’envisager une forme de réconciliation. Les crises économiques et politiques des années 1839-1840, en France, n’affectent pas la Vendée. Aucun trouble sérieux n’apparaît. Mais le département n’est pas pour autant pacifié. Les autorités restent vigilantes. Au moindre incident, l’imaginaire répressif l’emporte. Cette fin de décennie permet cependant d’envisager la pacification. Mais le légitimisme reste une valeur. Toutefois les ruraux ne prennent plus les armes et la noblesse légitimiste trouve une autre voie d’opposition dans l’écriture pour justifier l’échec de 1832 et commence à s’impliquer dans le domaine économique, afin de rentrer en compétition avec les libéraux.
Laurent Morival est docteur en histoire contemporaire de l’Université de Nantes, enseignant dans le secondaire et membre associé au laboratoire TEMOS (Temps, Mondes, Sociétés), CNRS FRE 2015, Université d’Angers, Bretagne Sud et Le Mans. Il vit à Les Clouzeaux en Vendée.

Du même éditeur:

20.00 €
9791093644578
30.00 €
9791035310820
18.00 €
9791035311292
13.90 €
9791035310721
4.95 €
9782367465715
4.90 €
9791035303228
29.90 €
9791035309909
12.90 €
9791035310776
4.95 €
9791035311148
9.90 €
9791035310769
20.00 €
9791035309633
9.90 €
9791035310752
20.00 €
9791035310691
12.90 €
9791035310295
25.00 €
9791035310806
9.90 €
9791035309671
13.90 €
9791035310264
35.00 €
9791035310387
25.00 €
9791035311261
35.00 €
9791035306571

Dans le même rayon:

Couverture et quatrième indisponibles !
15.00 €
9782846223478
18.00 €
9782900752074
16.00 €
9782900752012
19.00 €
9782900752005
31.00 €
9782353745340
24.00 €
9782878250138
29.00 €
9782915652451
18.00 €
9782350688442
10.00 €
9782350688473
22.00 €
9782864106647
18.00 €
9791090257214
23.00 €
9782350689371
23.00 €
9782353745425
35.00 €
9782353745395
20.00 €
9782366660685
15.00 €
9782849742969
22.00 €
9791035307011
26.00 €
9791090257290
9.90 €
9791035311087
25.00 €
9791035309862