SOLEILS diffusion - distribution
23, rue de Fleurus - 75006 Paris - Tel: 01 45 48 84 62

Logo SOLEILS

Fiche article - bientôt disponible

9782364525931
L’ordre de grandmont 
(Les textes fondateurs)
Une œuvre de frère Christophe Vuillaume osb
PDF
Ouvrage broché portant le numéro ISBN 9782364525931, vendu 18 € et classé au rayon « Religion », publié le 07 juillet 2020 par les éditions Saint-Léger, large de 130 millimètres pour 210 de haut et comportant 320 pages.
Grandmont ! Le mot évoque pour certains un vieux bâtiment, les ruines du prieuré des « Bonshommes » où pousse aujourd’hui l’herbe folle… Grandmont fut pourtant l’incroyable aventure de ces hommes de Dieu qui, née à l’époque de saint Bernard, devait durer jusqu’à la Révolution. Tout commence dans le coeur d’un jeune noble auvergnat, Etienne, éduqué dès son enfance par un saint évêque et enthousiasmé par l’exemple d’un groupe d’ermites calabrais à l’ascèse aussi admirable que redoutable. Rentré au pays, Etienne veut pratiquer ce genre de vie radicalement évangélique, sur le modèle des Pères du désert. Il s’installe sur la colline boisée de Muret, en pleine solitude, à quelques lieues de Limoges. Pratiquant une rigoureuse pauvreté qui annonce saint François d’Assise, l’ermite attire par sa sainteté et son accueil fraternel. Le voici bientôt entouré de disciples qui peupleront une bonne partie de la France d’autrefois et même plusieurs pays d’Europe. Avec ces trois textes fondateurs : la Vie d’Etienne de Muret, la Règle de Grandmont et le Livre des Sentences, c’est la folle intuition de ce jeune ermite qu’on retrouve à travers ce que ses disciples ont conservé de son enseignement et surtout de ses exemples. Un cri évangélique dans une chrétienté trop sûre d’ellemême !
Né à Nancy, Maître ès Lettres, l’auteur, Profès de l’Abbaye de la Pierre-qui-Vire en 1979, Maître en théologie (ICP) et prêtre, a été Procureur Général de la Congrégation de Subiaco de 2004 à 2007. Actuellement au Monastère bénédictin de Mahitsy (Madagascar), il est Cellérier et professeur de théologie spirituelle. L’auteur a rédigé deux volumes de la collection Sources Chrétiennes, de nombreux articles et traductions. Il est l’auteur de la correspondance inédite, traduite du latin,en 4 volumes de la correspondance de Pierre le Vénérable.

Du même éditeur:

14.00 €
9782364526068
11.00 €
9782364526181
14.00 €
9782364524620
18.00 €
9782364524071
22.00 €
9782364525054
9.00 €
9782364525610
18.00 €
9782364524279
9.00 €
9782364525221
12.00 €
9782364524729
22.00 €
9782364525191
20.00 €
9782364525276
14.00 €
9782364525344
12.00 €
9782364523258
20.00 €
9782364522435
22.00 €
9782364523906
24.00 €
9782364524668
20.00 €
9782364525436
19.00 €
9782364525306
14.00 €
9782364523593
17.00 €
9782364523265

Dans le même rayon:

collectif
Tout homme porte en lui le désir de la beauté. Chacun en donne une définition personnelle ? c’est une notion subjective. Pourtant, elle revêt une dimension universelle, voire une valeur suprême, transcendante. C’est à la découverte des multiples facettes du mystère de la beauté que nous invite la Session SainteOdile 2020. Qu’estce que la beauté ? Le document final de l’Assemblée plénière du Conseil Pontifical de la Culture de 2006, consacré à La Via Pulchritudinis (La voie de la beauté) précise la question de la beauté comme signe de Dieu en notre monde et comme chemin privilégié d’évangélisation et de dialogue. Chacun des intervenants de la session éclairera ce concept, selon domaine de compétence : philosophie, théologie, liturgie, art... Tout en demeurant, selon l’expression de François Cheng, « une énigme », la beauté apparaît comme une porte d’accès à Dieu. La création et l’être humain, image et ressemblance de Dieu, aident à découvrir la beauté divine au coeur de ce monde. Au travers de l’art et du soin apporté aux liturgies et aux églises, l’homme tente d’évoquer la beauté de Dieu.
14.00 €
9782364525757
Marie-Camille Cart(...)
Ce livre commence par le récit d’un deuil d’enfant, un frère, par sa grande soeur. Dans un style retenu, empreint d’émotion (et parfois d’humour), l’auteure témoigne de la façon dont elle a traversé ces années de tristesse : en « petite rieuse ». D’autres deuils tous aussi soudains les uns que les autres à l’intérieur de sa fratrie ont orienté sa vie professionnelle. Cela l’a amenée à écouter (individuellement et en groupe) de nombreuses personnes en deuil de tous âges. Deuils d’enfants, d’époux, de parents, de frères et de soeurs... C’est ce qui est analysé dans la seconde partie. La troisième partie est un aboutissement et annonce une « Bonne Nouvelle ». En scrutant les Evangiles, l’auteure a découvert que les apôtres avaient vécu le deuil de la mort du Christ comme un traumatisme. Elle nous invite, à travers une démarche de méditation des textes bibliques, à « mettre nos pas dans ceux des apôtres » pour traverser les deuils d’aujourd’hui et revivre. C’est une façon d’apprendre à écouter ceux qui pleurent l’être aimé. Un témoignage écrit principalement à l’intention des chrétiens, accompagnant des personnes endeuillées.
Marie-Camille Carton de Wiart est psychopédagogue. Elle est née en France en 1951. Après un baccalauréat littéraire, elle suivit ses études supérieures en Belgique et au Québec. Mariée en 1975, elle a d’abord exercé le métier de professeur de psychologie et de pédagogie puis elle est devenue mère au foyer à temps plein. En 2013, elle s’est spécialisée dans le domaine de l’accompagnement du deuil après une formation au Québec et a pratiqué le métier de thérapeute jusqu’à sa retraite en 2018. Aujourd’hui, elle continue à donner des conférences/formations dans des paroisses et pour des associations de bénévoles, tant en Belgique qu’en France. Elle est titulaire d’une licence en communication appliquée (IHECS 1975), d’une maîtrise en éducation, (M.Ed. Université de Montréal 1977), d’une licence complémentaire en Sciences de l’éducation pour diplômés étrangers et d’une A.E.S.S. en psychopédagogie (Université Catholique de Louvain 1979). Mariée, mère de trois fils et grandmère de 7 petitsenfants, elle habite en Belgique, à LouvainlaNeuve.
17.00 €
9782364525955
Marie Bayon de la (...)
Cette année, 2019, est celle de la commémoration du décès accidentel de Marguerite Teillard-Chambon, Claude Aragonnès, de son nom d'écrivaine mais aussi, cousine germaine du Père Teilhard de Chardin s. j. C'est l'occasion à travers quatre auteures particulièrement qualifiées de redécouvrir les personnalités exceptionnelles de la romancière et celle du religieux géo-paléontologue, leurs complicité et leurs regards portés sur la question du « féminin », d'où le titre choisi « Un regard novateur sur le féminin »... Biographe de Marguerite, Marie-Josèphe Conchon nous présente cette cousine si proche du P Teilhard de Chardin et qui sans nul doute contribua au déploiement de la pensée de son cousin. Elle nous fait vivre la parfaite harmonie qui a contribué à l'approfondissement mutuel de leurs pensées. Mercé Prats, historienne, met en lumière le rôle de Marguerite Teillard-Chambon au décès de son cousin. À travers un travail parfaitement complémentaire du précédent, elle analyse méthodiquement les années immédiates qui ont suivi le décès de Pierre Teilhard. Elle nous fait partager comment Marguerite a compris la réflexion du grand jésuite et déployé son énergie pour la publication de « Genèse d'une Pensée » qu'elle ne connaîtra pas... Petite-nièce du père Teilhard de Chardin, secrétaire générale de l’association des neveux du Père Teilhard de Chardin , Marie Bayon de La Tour nous éclaire sur le regard que celuici porte sur le féminin. Son travail, tout en vérité et sensibilité, dresse un panorama des relations de Pierre Teilhard avec des femmes souvent exceptionnelles. Elle relate la recherche originale du Père dans son approche de la féminité : sagesse, relation masculin-féminin, liens amour humain-amour divin... Elle nous fait entrevoir comment le Père Teilhard a vécu ces contacts en désirant toujours les « traverser par le haut »... MarieJeanne Coutagne, philosophe, conclut ce parcours en ouvrant les perspectives sur « Le féminin, avenir de l’homme ». Elle resitue avec justesse le thème du « féminin » développé tout au long de l'oeuvre du jésuite dans la perspective d'une humanité en cours d'achèvement. Ses propos traduisent l'éclairage stimulant que le Père Teilhard donne à la question de la chasteté en l'intégrant notamment à l'ensemble dynamique de sa réflexion.
Marie Bayon de la Tour Mariée, cinq enfants, études de sciences naturelles, maîtrise à Jussieu (Paris VI) puis troisième cycle au conservatoire des Arts et Métiers, enseignante des sciences de la vie et de la terre et sciences physiques, petite-nièce du Père Teilhard de Chardin et secrétaire de l'association des neveux du Père Teilhard de Chardin, vice-présidente de l'association nationale des amis de Pierre Teilhard de Chardin.  Marie-Josèphe Conchon Juriste de formation. A effectué la majeure partie de sa vie professionnelle comme responsable de la communication dans le secteur public, l’industrie et l’enseignement supérieur. Auteur de « Marguerite Teillard-Chambon - En communion avec Pierre Teilhard de Chardin ». Salvator 2016.  Marie-Jeanne Coutagne Professeure Agrégée de philosophie. Docteure en philosophie. Membre du Conseil d'Administration de la Fondation Teilhard de Chardin (Paris). Enseignante invitée aux Facultés Jésuites de Paris (Centre Sèvres), et à l'Institut Catholique de la Méditerranée (ICM, Aix-en-Provence-Marseille).  Guy-André Loeuille Docteur en médecine, vice-président du Centre Teilhard de Chardin (Lille), président de l'association dunkerquoise des amis de Pierre Teilhard de Chardin, administrateur de l'association des amis de Pierre Teilhard de Chardin, co-organisateur de la session « Journée Marguerite Teillard-Chambon », le samedi 12 octobre 2019 au Centre spirituel du Hautmont à Mouvaux (59420) en hommage du 60° anniversaire de sa mort accidentelle.
17.00 €
9782364525979
Monique Drouet
Ces feuillets sont partis de la constatation que les grandes avancées et découvertes dans les domaines du Vivant et en astronomie, qui ont vu jour depuis la mi XX° siècle, orientent facilement l’individu à une chosification générale et absolue. Cette chosification crée des incertitudes dans des régions psychologiques fondamentales, existentielles, et suscite par là même des instabilités violentes et des angoisses délétères conduisant à l’anéantissement de toute échelle de valeurs. L’anthropologue P. Teilhard de Chardin a rencontré, en France, en Chine, à New York, ces questionnements. L’évolutionnisme qu’il constatait au travers de ses découvertes comme devant les multiples possibilités d’adaptation humaines, les interactions constantes, tentaculaires, silencieuses et dynamiques, qui permettent à la vie de perdurer et à l’Existence de se déployer, ont ancré le Jésuite dans sa certitude que rien n’était pour rien, que le Monde et tous ses vivants avaient un sens, que ce sens ne pouvait que coïncider – si l’Homme l’acceptait – avec Celui qu’il nomme « le Christ Évoluteur ». Chemins teilhardiens, jalons vers une nouvelle humanité tente – en reprenant quelques interrogations actuelles universelles – de montrer que la voie hors norme choisie par Teilhard est la seule humaine digne de tout homme, voie qui permet seule à l’Humanité de converger vers ce qu’il nomme le point Omega, en quelque sorte en miroir du point originel Big Bang.
Monique Drouet est diplômée de droit privé et de sciences humaines. Restée proche de sa mère atteinte d'hémiplégie totale, elle est membre de plusieurs associations ( catholique et oecuménique, bioéthique, philosophique), et membre de quelques sociétés savantes notamment de la Société des Antiquaires de Normandie. Après avoir été secrétaire perpétuelle de l'Académie des sciences de Caen, elle intègre l'Académie des sciences de Cherbourg.
17.00 €
9782364526006
Bruno Favrit
Le miracle grec et sa civilisation-socle ont jeté les bases, il y a 2 500 ans, de tout ce qui est cher aux Européens : les arts (théâtre, musique, architecture, poésie), la philosophie (tant politique qu’humaine), le politique et la (vraie) démocratie directe.  Si cet héritage n’avait pas été digne, si nous n’avions pas eu les Grecs, les Romains, les Normands, les Ger­mains, les Celtes et tous ces peuples intrépides et inventifs, le christianisme aurait pu s’installer tranquillement en Europe et se prévaloir d’avoir assis notre civilisation dans une histoire univo­que.  Or l’Europe ne s’est pas débarrassée de ces Hommes illustres, empereurs, généraux, explora­teurs, savants, artistes, qui ont su témoigner de la grandeur de leur civilisation.  À ceux-là, nous devons ajouter les philoso­phes. Ces penseurs, souvent peu considérés comme ac­teurs de l’élaboration de notre destin, consti­tuèrent pourtant de manière déterminante l’es­sence même de l’Antiquité. Malgré quelques re­gret­­tables épisodes comme la mort forcée de Socrate, la philosophie pouvait s’y trouver bien et s’y développer. C’est que l’on avait alors une hau­te idée de la pensée à l’heure où l’on savait aussi mourir pour l’honneur et la liberté.  L’aspect es­sentiel de la philosophie a été énoncé par Sénèque qui incitait l’individu à agir plutôt qu’à bavarder.  L’Europe a montré en effet qu’elle savait agir – même si la tendance est plutôt ramenée aujour­d’hui vers l’attentisme et la concertation. Pour l’auteur, l’enseignement de la philosophie païenne doit être ainsi com­pris, fait de droiture et d’honnê­teté : « Savoir accessoire­ment recon­naître ses com­pagnons pour qu’ils se trouvent à nos côtés le jour où il nous faudra aller en terres dangereuses. »
Bruno Favrit est l’auteur de plusieurs ouvrages, récits, romans, essais, nouvelles. Il y a exprimé dans ses livres son attirance pour la philosophie antique, la pensée de Nietzsche, mais aussi les longues marches méditatives et l’air pur des altitudes. Dans le présent récit, il s’attache en sept chapitres à façonner les clés de notre mémoire originelle et livre le fruit d’une quête où le voyage se nourrit d’évidences spirituelles.
27.00 €
9782353744893
Martine Digard
Qu’est-ce que l’oraison ? se demande Grenouille, la rédactrice elle-même. Elle trouve alors sur internet cette phrase : l’Oraison silencieuse est une forme de prière silencieuse. Bien sûr, elle l’aurait parié ! Oui, silencieuse est l’oraison. Et l’oraison est bien une prière, mais silencieuse … ! En fait, c’est une prière particulière parce qu’elle finit toujours par une petite lumière chuchotée en silence dans le fond du cœur. Mais avant la petite lumière, elle n’est pas toujours silencieuse ! Au contraire c’est une bataille de pensées virevoltantes, de retour à la concentration, un combat entre l’effort et l’abandon dans la confiance, et puis on n’a pas le temps, ou bien c’est trop long et on s’en va avant la lumière ! Bref croire que c’est facile est une erreur, mais se passer de la lumière, ah non ! Donc, voilà, dans ce petit recueil, l’auteur a essayé de livrer un chemin d’oraison : il est très intime et il n’est pas menteur… il est vécu. Les dernières pages ont été écrites au temps du covid 19.
Martine Digard a enseigné la littérature pendant une quarantaine d’année dans des lycées publics. Depuis elle donne des cours d’études bibliques à des étudiants, et accompagne des catéchumènes dans sa paroisse. Auteur d’un premier livre Lettre à tous ceux qui cherchent Dieu (Ed. L’Harmattan. 2014), elle s’est livrée ensuite avec humour dans Confession d’une grenouille de bénitier (Saint Léger Editions. 2018). A présent, souvent appelée Grenouille, elle raconte avec sincérité comment se déroule une oraison.
12.00 €
9782364526051
JeanMichel Tchitembo
Vraisemblablement, dans la vie de chaque jour, nous avons besoin d'un son de cloche autre que soimême pour nous éveiller ou nous stimuler pour aller de l'avant. La vie étant un perpétuel aller/retour qui nous enrichit et nous aide normalement, à toujours voir les choses du bon côté. Le contraire rend la vie absurde et sans issue, au sens réel, du pourquoi de notre existence sur cette planète terre, appelée par le pape François notre maison commune. Ces réflexions diverses sont des méditations à partir de plusieurs circonstances de la vie sur le plan personnel et rencontres multiples. Nous relevons des thèmes généraux de connotation soit biblique, soit liturgique, soit d'actualité courante ? classés par ordre d'inspiration correspondant aux titres évoqués. Il n'y a aucune exigence dans la manière de les aborder. Chacun est libre de commencer la méditation partant de ce qu'il ressent et voudrait expérimenter. D'une manière ou d'une autre, ces thèmes nous interpellent ! Certes, des méditations semblables peuvent éclairer notre conscience par rapport à nos situations au quotidien, quasiment dans tous les domaines de la vie. À lire, non pas comme un roman policier mais dans la recherche d'un appui spirituel voire intellectuel pouvant aboutir à un sursaut pour un nouveau départ d'une vie ajustée et orientée. Le choix est laissé à chacun d'en tirer profit et surtout d'approfondir la réflexion. Autrement dit, un coup de pouce pour une âme en quête d'une certaine quiétude dans son for intérieur ? en ce qui le concerne et vis à vis de l'altérité, sans oublier les réalités sociétales. Les textes proposés sont pour la plupart des sujets traités comme des éditos en paroisse, des articles compilés (fondus et amendés) publiés dans les journaux tels que la Semaine Africaine au Congo, la Croix de Paris, la Voix du Nord, la Revue Prêtres Diocésains en France. Sans oublier L'animation des sessions et thèmes de retraites au Grand Séminaire Cardinal Emile Biayenda (au titre de professeur et ViceRecteur dans cette maison de formation de futurs prêtres) voire à quelques mouvements paroissiaux dans la ville de Brazzaville.
Ordonné prêtre le 14 Juillet 1985 pour le Diocèse de PointeNoire, le père Tchitembo passe quelques années comme vicaire épiscopal, curé de paroisse, aumônier national des Fraternités Féminines et attaché à la commission épiscopale des moyens de communication sociale. En 1991, il obtient la Licence Canonique en catéchèse et pastorale à la Catho de Paris, puis le diplôme en Audiovisuel à l’ACNAV en juin 1992. En 2000, il obtient un master II en Faits de Société à Lille 3, puis en décembre 2004, celui de Docteur en Théologie Pratique et Audiovisuel à Strasbourg II. Depuis 2011, il est Prêtre Fidei Donum dans le Diocèse de Cambrai.
15.00 €
9782364525849
Jean François Petit
L’épidémie du coronavirus fut un étrange ébranlement. Nous aurions voulu la fuir. Il fallut l’accepter. Nous aurions aimé la prévoir. Il fallut l’affronter. Cette crise nous a fait traverser bien des peurs, des doutes, des questions. Mais elle a aussi éclairé nos convictions personnelles et collectives. Elle nous a poussé à réinterpréter nos valeurs, choix, notre histoire, notre culture, notre civilisation. Ces six courts chapitres de ce journal permettront de relire cet événement majeur de 2020. Constitués de chroniques quotidiennes, ils donneront à comprendre ce qui s’est passé. Après le choc initial de l’épidémie (I), il a fallu réinventer le quotidien dans de nombreux lieux ou secteurs de vie (II). La vie politique s’est trouvée reconfigurée (III). Soumis à l’adversité, les croyants ont dû puiser dans leurs convictions de foi (IV). Comme pour tous, il leur a fallu dégager des ressources pour la pensée (V). Mais déjà, un nouveau monde s’annonce (VI). Ce Journal d’une épidémie est un hommage à ceux qui choisi la vie dans l’épidémie. Ils nous ont ouvert la possibilité d’un univers inespéré.
Jean-François Petit est assomptionniste, maitre de conférences habilité en philosophie à l’Institut Catholique de Paris. Il dirige le Réseau de philosophie de l’Interculturel (REPHI). Il a notamment publié Religieuses et religieux au XXe siècle (Saint-Léger éditions, 2015) et Dignité sans frontières (Karthala, 2019).
18.00 €
9782364526082
Jacques Dalarun
Saint Jean au pied du calvaire, soutenant la Vierge pâmée dans la majesté de sa douleur. Tel est le modèle que Robert d'Arbrissel, dans l'ordre qu'il fonde en 1101 à Fontevraud, donne à ses frères pour servir leurs soeurs, les fiancées du Christ. Fontevraud fait rêver. Pourtant, comme l'écrit Georges Duby, Robert d'Arbrissel est « un personnage étrange à nos yeux, étrange aux yeux de ses contemporains ». À cet homme qui a vécu, parlé, « marché sans cesse, sur les chemins, dans la forêt de Bretagne, du Maine, de l'Anjou, au tournant des XIe et XIIe siècles, dans une époque de pleine ébullition culturelle, des problèmes se posaient, analogues à ceux qui aujourd'hui nous préoccupent : comment se tenir face au pouvoir, face à l'argent, face aux mystères de l'univers ? Face aux désirs ? Comment les hommes doivent-ils traiter les femmes ? À ces questions, Robert donna des réponses violentes, dérangeantes. Les évêques parlaient de lui comme d'un fou, d'un obsédé. Des disciples en effet s'attachaient toujours plus nombreux à ses pas, et dans cette suite de femmes, de ces épouses de prêtres que la réforme du clergé jetait sur le pavé, de ces épouses de princes, répudiées, bafouées, des femmes éperdues, attendant la lumière, coudoyaient les hommes le jour, la nuit : scandale. Robert fini par fonder l'abbaye de Fontevraud. Les religieux se trouvaient ici subordonnés aux religieuses. Autre scandale... » C'est à partir de textes inédits que l'auteur restitue ainsi à travers la vie exemplaire de Robert d'Arbrissel, les débuts de la vie monastique et de la spiritualité au Moyen Âge.
Robert d’Arbrissel, né vers 1047 dans le village d’Arbrissel (Ille-et-Vilaine) dans le diocèse de Rennes en Bretagne et mort au Prieuré d'Orsan (Cher), probablement autour de 1117, est un ermite et moine breton. Prêcheur itinérant, reconnu par le pape Urbain II, il suit une pratique érémitique extrême. Il est le fondateur des abbayes de Fontevraud et de la Roë et de l'ordre de Fontevraud. Ses exigences spirituelles et sa conduite lui créeront des difficultés pendant toute sa vie et bloqueront les tentatives de canonisation au xviie siècle. Les historiens contemporains se disputent encore sur le sens de son action, le décrivant tour à tour comme un précurseur de la complémentarité entre,les hommes, et les femmes, un défenseur des pauvres, un réformateur exigeant.
18.00 €
9782365472609
Dominique Bouffies
Au soulèvement de Sa Miséricorde, en grâce du Vivant éternel, chanter Dieu avec le coeur des mots… L’aventure en Dieu « s’incarne » ici dans un chant écrit… L’âme y témoigne du désir de progresser en Lui, du désir de rendre grâce, d’implorer, de chercher, et chercher encore, de s’agenouiller, de se dresser, de se dresser en s’agenouillant, en s’abandonnant, de palpiter Dieu à l’espace complice ouvert par la Grâce : proche Clarté où s’irisent la prière, la Foi, l’Espérance et la Charité… L’âme brûle de tout éloignement de son divin Seigneur, les mots se donnent comme « proximité »…
16.00 €
9782373554342
François-Claude Gu(...)
Le fait que le Dieu hébraïque, première manifestation d’un Dieu unique, créateur et tout-puissant dans l’histoire de l’humanité, apparaisse dans la Torah sous des noms différents, suivant qu’il se présente dans l’Ancien Testament aux Pères fondateurs, ou à Moïse sur le Mont Horeb (dans le livre de l’Exode, chapitre 3), puis en Égypte (Exode chapitre 6), a interpellé l’auteur.
L’histoire, l’analyse exégétique, philologique, critique, des textes bibliques sont à la base de cet ouvrage. L’auteur y a rassemblé, comme ligne conductrice, les différents Noms de Dieu dans sept des mondes du Proche-Orient ancien où le judaïsme s’est développé, suivi du christianisme : en Palestine, en milieu hébraïque, dans les mondes araméens, gréco-romain, syriaques/chaldéo-persans, copte, éthiopien et ceux de la péninsule arabique avant l’apparition de l’Islam.
À la lecture de l’ouvrage on est confronté aux péripéties de l’histoire des hommes, mais aussi à celle de leur perception du divin qui s’affine avec le temps jusqu’à devenir le Dieu unique.
C’est la perception de ce Dieu qui se manifeste tout au long de ce parcours à travers les millénaires.
Ingénieur-Chimiste, Docteur es Sciences, François-Claude Guglielmina a fait sa carrière dans l’industrie avant de s’intéresser à l’histoire des sciences des religions. Il a publié quatre ouvrages : Astronomie au Pays de Soleil Levant  ; Perception et Réalité des Mondes ; Astronomie dans l’Inde ancienne, une révolution dans l’histoire des sciences ; « De la Fidélité de Dieu ».
18.00 €
9782364525115
Gertrude Feick
Ce volume très à propos marque le vingtième anniversaire de la mort du cardinal Basil Hume (1923-1999), moine bénédictin à l'abbaye d'Ampleforth, arche-vêque de Westminster. La spiritualité bénédictine de Hume et son engagement personnel dans la prière lui permit de s'identifier aux autres pèlerins qui cherchent le vrai Dieu vivant. Hume, le moine, le pasteur et le prédicateur, s'adresse toujours aux béné-dictins, à l'Église en général et au monde contemporain. Même si, comme Hume l'a dit, «Dans notre vie publique, nous nous éloignons de plus en plus de Dieu et des choses de Dieu» ; il ajouta «je crois que l'aspiration à Dieu s'intensifie de plus en plus dans le cœur des hommes et des femmes». Cette aspiration, comme le montre ce livre, était au cœur de la recherche de Dieu par Basil Hume : pour Hume, la voie du pèlerin.
Sœur Gertrude Feick, bénédictine de Mount Angel, dans l'Oregon, a maintenant intégré le monastère cister-cien de Notre Dame de l'abbaye de Redwoods, à Whitethorn, en Californie. Sœur Gertrude est titulaire d'un doctorat en Théologie Sacrée de l'Université Ponti-ficale de Saint Thomas d'Aquin, à Rome.
15.00 €
9782364525092
Agnès Brot
Né à Châteaudun en 1806, Francois-Auguste Marceau choisit la Marine à l'issue de ses études à Polytechnique. Brillant officier, il fut l'un des premiers spécialistes et défenseurs de la marine à vapeur. Connu pour son anticléricalisme virulent, sa vie de débauche et son caractère cassant, il connut une conversion à l'âge de 36 ans. Il décida alors de quitter la marine royale pour mettre son métier de marin au service de sa foi.
Il participa à la création de la Société Française d'Océanie destinée au transport des missionnaires dans le Pacifique. Comme commandant du trois-mâts L'Arche d'Alliance, il sillonna l’Océanie pendant 44 mois au service des mission-naires qui trouvèrent en lui une aide précieuse et un exemple de vie chrétienne.
Marceau rêvait de fonder une marine missionnaire liée aux Maristes mais sa mort prématurée en 1851 à Tours l'en empêcha.
Diplômée en Sciences Politiques et en géographie (Université de Toulouse), Agnès Brot a vécu dans le Pacifique Sud où est né son intérêt pour cette région du monde, et en particulier pour l'histoire des missions catholiques.
Elle est l’auteur de Edmond Michelet, nous avons cru à l'amour, Le Livre ouvert 2003 ; «Héroïnes de Dieu, l'épopée des religieuses missionnaires au XIXe siècle» (avec Guillemette de la Borie) Presses de la Renaissance 2011, Artège poche 2016 ; À la recherche d'Edmond Michelet . D'après les souvenirs de sa fille aînée, Le Passeur 2014 ; Giorgio La Pira, un mystique en politique.1904-1977, Desclée de Brouwer 2016 ; Jean Lèques, humble habitant de la Vallée du Tir à Noumea, éditions Humanis 2018.
18.00 €
9782364525030
Maryvonne de Raymond
Cet ouvrage documenté et illustré rappelle le cheminement de la Passion du Christ suivant les prophéties bibliques et les récits du Nouveau Testament. Les enseignements des Pères de l’Église, la lumière de la spiritualité classique et les analyses de penseurs contemporains éclairent cet événement qui annonce l’heureuse nouvelle de la Rédemption où l’Incarnation de Dieu appelle la divinisation des hommes.
Il présente l’histoire du Chemin de Croix depuis la mémoire vive des premiers Chrétiens, à travers des périodes de guerre et de paix, des pèlerinages aux croisades, aux voyages, où se mêlent les expressions mystiques, les observations et l’enthousiasme des fidèles. La ferveur qui s’exprime dans la culture universelle, par la poésie, la musique, la peinture, la sculpture, y traduit la Foi chrétienne devant le mystère du don de Dieu.
Maryvonne de Raymond, mère de trois enfants, a résidé à plusieurs reprises à l’étranger. Elle a publié  deux ouvrages historiques : La Maison Kent. La pierre et l’histoire, XVIIe-XXe siècles : une mémoire retrouvée ; Sur les chemins du Roussillon. Fragments de vie et lieux de mémoire. Les Presses littéraires, Saint-Estève, 2016, et a participé avec son mari à l’édition de correspondances diplomatiques.
17.00 €
9782364525153
Marie Carmen Giralt

L'auteur, de langue maternelle espagnole est docteur des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS). Sous la direction d'Émile Poulat, elle a fait une thèse en sociologie des religions sur le mythe fondateur de 3 abbayes (Montserrat Catalogne, Villanueva de la Jara Mancha, et Ozon ) Elle est maître de conférence à l'ICP, Paris Tech et Polytechnique et enseigne la civilisation espagnole. Issue du conservatoire d'art dramatique, elle enseigne également le théâtre classique espagnol.
17.00 €
9782365472531
Jean-Jacques Riou
6 octobre 1981. Ce jour-là, Antoine qui a échappé 15 ans plus tôt à la guillotine, entame sa 10 503e soirée d'incarcération. Ce soir-là, Jean-Jacques, militaire à Toulon, se promène tranquillement dans les vieilles ruelles de la ville, quand soudain … Antoine et Jean-Jacques, ces deux hommes auraient du ne jamais se rencontrer, mais c'était sans compter sur la Miséricorde de Dieu et sur sa fidèle servante : Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus. Antoine, Henri Pranzini, Jacques Fesch : trois hommes, dans la même barque, ballotés dans la tempête, qui n'ont pas hésité à réveiller Jésus en criant : «Maître, Maître, nous sommes perdus !» (Luc 8, 24). Trois hommes, condamnés à mort, devenus enfants de Sainte Thérèse, par la grâce qu'elle leur a obtenus : celle de l'humilité, celle de devenir comme des enfants : Amen, je vous le dis, si vous ne changez pas pour devenir comme les enfants, vous n'entrerez pas dans le Royaume des Cieux (Mathieu 18, 3).
Jean-Jacques Riou est né en 1958 à Roscoff. Il est éducateur dans l'Administration Pénitentiaire depuis 1983. Il a animé un groupe de prière Miséricorde Divine à Rouen de 2010 à 2017. Fruit de ces sept années d'animation, il a publié un ouvrage de réflexion sur la Miséricorde Divine : «il a su prendre Jésus par le Cœur, la Patience de Dieu serait-elle sans limite?».
Dans son nouveau livre où il évoque son amitié avec Antoine, condamné à mort, Jean-Jacques Riou nous fait vivre cette fois-ci la Miséricorde Divine «en direct» …
15.00 €
9782364525184
Collectif
Une revue pour savoir plusune pensée pour être plus
11.00 €
9782364525139
Léon le Grand
Les homélies de saint Léon prononcées au cours des célébrations qu’il présidait comme évêque de Rome, parcourent toute l’année liturgique. Elles sont assez brèves, écrites dans une langue latine superbe, d’une grande précision théologique.
De Noël à la Pentecôte, en passant par le Carême, le temps de la Passion et ce sommet qu’est la célébration de Pâques, saint Léon explique aux fidèles le cœur de la foi chrétienne, le mystère de l’Incarnation, extraordinaire « abaissement » du Fils de Dieu qui se fait homme pour sauver tous les hommes et les faire participer en un « admirable échange » à sa divinité. Le Pape Léon, par son action et ses écrits avait largement contribué à l’élaboration des définitions du Concile de Chalcédoine, devenues le fondement même du dogme chrétien.
Léon Ier le Grand fut pape de 440 à 461. Il est connu pour son intervention dans les controverses christologiques du Ve siècle. Face au délitement du pouvoir impérial, Il négocia en 452 avec Attila la retraite des hordes Huns et en 455 avec Genséric la survie de Rome. Il meurt le 10 novembre 461
12.00 €
9782364524811
Dominique Bouffies
Cet ouvrage vient enrichir d’un langage nouveau la célébration des fêtes de l’année liturgique. Il porte, dans une pensée originale, la louange à Dieu Amour trinitaire. Il est « étonnement » fruitier, permanent et adorant à la Croix glorieuse ; toutes paroles venues dans la prière… Les phrases entrent dès lors dans un « jaillissement », qui n’est plus du temps… « Merci Dominique d’avoir osé témoigner du Christ ressuscité par tes écrits hautement inspirés usant du semoir d’une poésie en concision et précision de mots ! Ta prière nouvelle, ouverte, et partagée avec nous, fait honneur à la création. Elle est écrite pour la Gloire du Père ! Merci de nous faire découvrir ce langage perdu et de nous en donner les codes ! » Alain Wetterwald, diacre
20.00 €
9782373552690
Pierre-Yves Fux
La via sancti Martini est une voie de pèlerinage réunissant le lieu de naissance de saint Martin (en Hongrie) à son tombeau (à Tours), reconnue comme « itinéraire culturel européen » par le Conseil de l'Europe. Ce chemin en plein essor passe par des lieux marqués par la vie de saint Martin, par son culte et par son exemple : le partage, dans toutes ses dimensions, pour répondre aux défis humains, sociaux et environnementaux actuels. Le récit évoque la manière dont ce chemin a été établi et celle dont le marcheur se prépare et vit cette expérience. Le récit du déroulement de cet itinéraire, avec ses rencontres, péripéties et paysages est aussi celui d'un voyage dans l'histoire, spécialement celle de l'homme qui partagea son manteau avant de devenir moine, évêque et d'être vénéré comme un saint. L'itinéraire de 2500 km parcouru par l'auteur traverse Ljubljana, Venise, Padoue, Mantoue, Crémone, Pavie, Aoste, le GrandSaintBernard, Genève, Vienne, Lyon et Vichy, avec un passage par Ligugé et Poitiers et encore une remontée de la Loire entre Chinon et Amboise, pour s'achever à Vendôme -80 étapes, autant de brefs chapitres regroupés en blocs correspondant à des régions et aux saisons, aux moments de la marche. Magyars et Slaves : Baptême maternel (jours 1 à 11 : automne, de Szombathely au coeur de la Slovénie) -Floraisons (12 à 18 : printemps, jusqu'aux falaises de Duino) Entre le ciel et l'eau : Automne adriatique (19 à 23 : de Duino à Venise) -Nuées d'artistes (24 à 31 : fin de l'automne, de Venise à Plaisance) La voie romaine (= parcours sur la via Francigena) : Champs de bataille (32 à 34 : printemps, de Plaisance à Pavie) ; On rembobine et tout passe à l'envers (35 à 44 : automne, passage des Alpes) Comme la graine d'épilobe (= parcours sur la voie jacquaire d'Arles) : Fondateurs (45 à 48 : Chablais valaisan et savoyard et Genève) ; Un air de Provence (49 à 54 : automne, jusqu'à Vienne) Coeur de France : Lignes de démarcation (55 à 66 : début du printemps, de Vienne à Argenton) ; Le Pas de saint Martin (67 à 69 : suite, branche vers Ligugé et Poitiers) SaintMartin d'été : Pont des Bernards (70 à 75 : début de l'été, d'Argenton à Tours) -Fleuve royal (76 à 80 : suite, branche entre Fontevraud à Amboise et Vendôme)
PierreYves FUX, né à Genève en 1967. Devenu ambassadeur près le Saint Siège vingt ans après avoir fréquenté les Archives secrètes du Vatican, il fait converger fonctions diplomatiques et expérience académique en coorganisant un colloque international et une exposition sur saint Augustin (2001) et en éditant une anthologie du même auteur sur la « guerre juste » (éd. Migne, 2010). Docteur ès lettres, il a publié des études scientifiques sur la poésie latine chrétienne dans l'Antiquité tardive.
18.00 €
9782364523920