SOLEILS diffusion - distribution
23, rue de Fleurus - 75006 Paris - Tel: 01 45 48 84 62

Logo SOLEILS

Fiche article - bientôt disponible

9782373554571
Nadir
Une œuvre de Laura Fusco
PDF
Ouvrage broché portant le numéro ISBN 9782373554571, vendu 13 € et classé au rayon « Poesie », publié le 11 septembre 2020 par les éditions Unicité, large de 148 millimètres pour 210 de haut et comportant 64 pages.
Dans Nadir, c’est la réécriture du réel confiée aux enfants : leur imagination, leurs jeux et leur langage nous révèlent un monde nouveau et surprenant. La poésie de Laura Fusco dit le monde que le monde ne dit pas. La poésie de Laura Fusco nous rappelle à nos devoirs humains, en nous les jetant à la face, sans fard, ni fleurs, sans ménagement. La poésie de Laura Fusco nous secoue, nous giffle, nous griffe, nous ébranle. La poésie de Laura Fusco paraît simple Et parce qu’elle est claire Elle éclaire Les êtres de bonne volonté Philippe Claudel Le poème devient une arche de fortune, construite au plus près de cette vie nue, avec la rugueuse matière de son chaos même, dans un senti-ment d’urgence. Comme on voudrait relever le feu de ses cendres, le ranimer depuis ses braises, le poème refuse que les vies se perdent sans trace, et que les hommes ne soient plus des hommes mais un flux à repousser. Jean-Baptiste Para

Du même éditeur:

20.00 €
9782373554748
16.00 €
9782373554625
13.00 €
9782373554632
14.00 €
9782373554489
16.00 €
9782373554656
13.00 €
9782373554618
14.00 €
9782373554700
13.00 €
9782373554601
13.00 €
9782373554380
13.00 €
9782373554564
13.00 €
9782373554663
14.00 €
9782373554540
16.00 €
9782373554496
15.00 €
9782373554670
14.00 €
9782373554397
13.00 €
9782373554502
15.00 €
9782373551495
13.00 €
9782373554533
13.00 €
9782373554519
16.00 €
9782373554403

Dans le même rayon:

Denis Ferdinande
L’ARCHE NUIT se présente comme un journal, de façon linéraire et en fragments. L’auteur privilégie la forme. Son domaine expérimental (comme tous les livres de la collection ARCHITEXTES) permet cette fois d’ouvrir et de lire « au hasard » comme le préconisait déjà 20 ans avant, Vannina Maestri dans DEBRIS D’ENDROITS.
15.00 €
9782374280394
Jeanne Morisseau
(...) Mais quand le destin loin de vos regards
Me laissa hagard sans nourriture
Et que la froideur de l’hiver austère
Me saisit le cœur, vous, que faisiez-vous ?
Entendiez-vous mes prières chagrines de sauvagine ?
Et aviez-vous mal de laisser mourir cet oiseau malade ?
Oh oui, j’avais mal et je souffrais de carence
Je vous cherchais et me pesait fort l’absence
Car si j’avais tout, mais tout sans être avec vous
C’était ne pas être
Le paradis du ciel
Resterait fermé à nos coups de pied d’âmes sans échelle
Et t’ai-je fait souffrir ?
T’ai-je laissé mourir ?
Ne voulais-tu guérir ? (....)
13.00 €
9782373554724
Pierre-Jean Carrus(...)
Le zoo est un espace social, un lieu de rencontre entre animaux et visiteurs de tous horizons. Au delà des principales missions de pédagogie, de conservation des espèces et de recherche scientifique, c’est surtout la dimension récréative qui séduit le public. Pour beaucoup, une visite au parc zoologique cristallise des images et des émotions inoubliables qui nous feraient presque oublier l’artificialité de ces environnements naturels recréés. Dans son recueil, Pierre-Jean Carrus capture avec une pointe d’ironie tout ce qui fait la vie des zoos. Au fil des pages, notre poète des zoos ne se contente pas de faire défiler devant nos yeux des oiseaux, des reptiles et des mammifères venus du monde entier, il nous fait sentir – de l’intérieur – comment ces êtres à plumes, à poils ou à écailles subissent et endurent, tant bien que mal, leur enfermement. Transformés en objets de curiosité, en bêtes de spectacle ou en banals produits de consommation (sous forme de peluches, mugs ou porte-clefs en vente dans les boutiques des parcs), ces animaux dénaturés en disent long sur notre rapport à nos origines. À travers eux, n’est-ce pas aussi finalement une part de nous que nous emprisonnons derrière des barreaux ? Extrait de la préface de Thierry Cazals
dans les coussinets
sous les pattes des panthères
des douceurs probables
Pierre-Jean CARRUS, né en 1971, poursuit des études musicales aux conservatoires de Toulon, Marseille et Paris. Licencié en musicologie (Aix-en-Provence), diplômé d'Etat en formation musicale et en piano, il enseigne la musique dans un conservatoire. Parallèlement, il conçoit et met en scène des concerts et des spectacles musicaux dont Mozart au bistrot (2002). Très tôt passionné par le théâtre et le cinéma, il compose des musiques pour la scène et les courts métrages. Sa curiosité pour tous les arts de la scène lui permet d’offrir avec humour et originalité un regard pertinent et parfois impertinent sur les œuvres artistiques. Toujours animé par le plaisir de l’écriture et de la lecture, il publie son premier ouvrage aux Editions Pippa.
Orphée CAZALS, est né en 2003, passionné de dessins humoristiques et de B.D., il réalise ses premières caricatures pour Science & Vie Junior et Okapi à l’âge de quatorze ans. Il illustre aujourd’hui son premier livre aux Editions Pippa.
15.00 €
9782376790488
Matthias Vincenot
Matthias Vincenot contemple la mer comme il contemple la vie avec cette lucidité propre aux poètes engagés dans le réel qui n'est pas l'actualité que l'on croit. Cependant, il ne s'y perd ni ne s'y noie. Son écriture a parfois des airs de chanson ou de pamphlet, parfois la mélancolie se fait jour mais sans désespoir. L'humour vient à la rescousse de la tristesse possible et le lecteur appréciera la clarté de l'intention, le juste ton et la juste mesure des poèmes de Matthias Vincenot qui écrit pour se tenir tête. J’ÉCRIS… 
J’écris pour la liberté de dire 
Et contre la facilité de la pensée qui se rassure 
J’écris pour un murmure, dans le tumulte organisé 
Pour un rêve plus ou moins lucide 
Pour ne pas me tromper de monde 
Pour ne pas me tromper de vie 
Pour l’idéal entrevu 
J’écris pour la beauté des choses 
Pour livrer les fissures 
Et creuser le sillon 
En espérant m’être fidèle 
Et que l’enfance est éternelle
Une éternité provisoire est le septième recueil publié dans la collection Le Vrai Lieu aux Editions Unicité.
13.00 €
9782373554731
Collectif, Georges(...)
Sources d’affection, d’amour, de rêverie, de connaissances, mais aussi, hélas, souvent objets d’exploitations ou de sévices, les animaux sont un peu les miroirs des sociétés humaines, nous avons voulu leur consacrer la présente anthologie. Si les animaux sont très présents dans les haïkus japonais – on se souvient du célèbre haïku de Bashô sur la grenouille dans son étang - ils le sont relativement peu dans les haïkus ou tankas en langue française. Pour combler ce manque, nous avons voulu leur consacrer la présente anthologie. Comme souvent, le vécu poétique débouche sur l’interrogation métaphysique et morale. En l’occurrence, il importe en effet de savoir comment nous devons traiter ces êtres sensibles et souffrants qui partagent avec nous la planète et dont certains nous ressemblent tant. Cette importante interrogation éthique est le thème des poèmes qui forment la dernière partie de notre anthologie. Georges Chapouthier
Georges CHAPOUTHIER, biologiste et philosophe, a écrit de nombreux livres sur les animaux, leur cerveau, leur intelligence et leur comportement. Il est aussi connu pour son activité poétique sous le pseudonyme de Georges Friedenkraft.
Aurélia COLOMBET est une jeune dessinatrice de talent formée à l’École Émile Cohl de Lyon. Elle illustre ses premiers livres chez Pippa en 2018.  Daniel CARDONA, élève à l’ENJS Paris, a réalisé les dessins de la deuxième partie de ce livre dans le cadre d’un stage de classe de 3e consacré a la découverte des métiers de l’édition.
16.00 €
9782376790440
Collectif - illust(...)
Cent poètes ont pris leur plume pour « planter leur clou d’or » dans ce collectif de poèmes dirigé par Janick BELLEAU, sur l’écriture et la lecture. Quatre cent vingt haïkus et dix tankas témoignent en quatre volets de l’écriture (ses hauts, ses bas, ses à-côtés), de la vie courante des poètes et de la lecture (l’apaisement, le plaisir ou l’exaltation) ; le tout culmine par une épiphanie de poèmes courts rendant hommage à des écrivains et des écrivaines phare et permettant, en plus ou moins 17 syllabes, de se (re)plonger dans des livres culte. Émotions, humour et passion sont au rendez-vous. Ce collectif est l’occasion rêvée de saisir l’âme de poètes contemporains. pour le chasse-neige / la route est la page blanche / sur laquelle écrire Micheline Boland, Belgique transports en commun / toi seule un livre à la main /  les autres au smartphone Nicolas Sauvage, Japon  signes en braille – / une percée de lumière / sous ses doigts Anne-Marie Joubert-Gaillard, France  Soir d’hiver / je déclame Nelligan / mon chien écoute Andrée Paradis, Québec Janick Belleau
Cent poètes de haïku, confirmés ou non, ont eu le goût de partager nos thèmes de prédilection : l’écriture et la lecture. Les soumissions viennent de 59 poètes d’Europe dont 48 de France et 7 de Belgique ; 38 poètes viennent du Canada dont 34 du Québec ; une poète vient de Tunisie, une autre d’Égypte et un dernier du Japon. Pour sa part, Janick BELLEAU a fait publier quatre ouvrages collectifs dont Regards de femmes – haïkus francophones (direction, 2008). A fait paraître six recueils personnels dont D’âmes et d’ailes/of souls and wings – tankas (PRIX LITTERAIRE CANADA-JAPON, 2010) et pour l’Amour de l’Autre – tankas & haïkus, éd. PIPPA, 2019. Site : https://janickbelleau.ca/
Pauline VAUBRUN, jeune artiste peintre, originaire de Normandie, expose ses œuvres depuis 2011 dans des galeries d’art et des salons d’artistes de sa région. Après des études de traduction littéraire, elle s’est tournée tout naturellement vers l’édition de livres illustrés et s’installe à Paris pour poursuivre sa carrière et ses rêves. Instagram : @pauline.vbrn
20.00 €
9782376790457
Michel Duflo
« Ça parle de tempêtes et de falaises, de la ferme familiale et de la maison de famille ; de la vie qui passe et de la mort qui reste ; ça parle de rires et de larmes, de souvenirs d’enfance. Bref, ça parle de la vie, de ma vie. » Michel Duflo. Dans ce recueil de haïkus et de senryus (haïkus humoristiques), Michel Duflo nous propose une promenade nostalgique mais non dénuée d’humour, au fil des saisons, sur les terres de son enfance, du jardin potager de ses grands-parents aux falaises d’Étretat. « au pied de la falaise apprenant le langage des vagues » « galet peint – dix mille ans de tempêtes en presse-papier » « au bout de la table le souvenir de ma mère – soir de réveillon » Extraits de Falaise d’aval.
Michel Duflo, né en 1952, écrit des haïkus depuis une vingtaine d’années ; il a publié à de nombreuses reprises dans Gong, revue francophone de haïkus, et dans plusieurs anthologies chez divers éditeurs, telles que La Valise entr’ouverte (Unicité, 2010), Enfansillages (Unicité, 2012), Amours (Forgeurs d’étoiles, 2014) et La Vallée éblouie (Unicité, 2014). Aux éditions Pippa, il a participé à plusieurs collectifs, dont plus récemment Parfum des thés, Naître et Renaître et Paroles d’hommes.
Véronique Arnault, peintre plasticienne, vit dans les Yvelines près de Paris. Par l’exploration des matières, des textures, mais aussi du sens des mots, Véronique Arnault appréhende et questionne la nature dans ce qu’elle a de fragile et de saisissant. Une démarche qui l’incite à montrer ce que nous voyons souvent sans regarder, ce que nous foulons de nos pieds sans scrupule, à s’interroger plus largement sur le rapport que nous entretenons avec le monde et nous mêmes.
16.00 €
9782376790433
Claire Kalfon
On peut être ici et ailleurs, voyager immobile, s'envoler en dehors du temps et de l'espace, ou tout simplement prendre le train et le temps comme Claire Kalfon, pour que se déploient les pensées sans frontière qui mènent inéluctable-ment à l'enfance. Peu importe au poète qui égrène les visages disparus, les paysages avec ou sans horizon et interroge le destin de ce qui est perdu ou plutôt absent.
Avons-nous pris le temps
de compter les sillons
plissant la nappe qui fermente
Le monde est bien rangé
quand on peut nommer douleur
ce qui nous est épargné
Ici et pourtant est le huitième recueil paru dans la collection Le Vrai Lieu.
13.00 €
9782373554908
Ossian Perez
Avant que le silence ne s’écoule,
J’aimerais te murmurer la fin du monde,
Comme une douce chanson sans importance.
Un enfant est mort sous le soleil,
Le corbeau est là,
Une plaie dans le ciel resplendissant,
À la fenêtre du Grand Hôpital.
« Il faut tenter la traversée. Rien n'y prépare. Vers quelle rive ? Je ne crois pas avoir répondu. Simplement le récit de ce voyage de l'absence. »
Poète, écrivain, psychanalyste, producteur à France Culture, Ossian Perez est né en 1969 et vit actuellement à Paris.
13.00 €
9782373554793
France Burghelle Rey
il reste le nectar des émotions passées
comme un vertige je suis
quand tout m'a trahi
au milieu des ruines
avec sur les lèvres mon chant
et les mots qui me restent comme
une dernière rencontre
je veux bâtir cette mémoire
mon monument plus qu'une rose
oubli oblige
16.00 €
9782373554786
Catherine Jarrett,(...)
Je cherche sans chercher
j’attends qu’il m’apparaisse le mot de
l’autre jour chez toi cher Philippe
disait il l'herbe la terre entre les doigts
sous les ongles une rose mouillée
bien sûr ancienne l'aubépine
un oiseau
ou la vie devant nous
Nous allions toucher au plus haut de l'épreuve de la parole confidente lorsqu’un mot distrait de signifier autre chose s'aventura à chanter la terre en la gorge d'un oiseau à son heure fébrile Ainsi surgit la ligne horizon de l'entretien ci dansé là au bal des signes
13.00 €
9782373554779
Joël aloux
Je devrais te voir, cheminant sous les tilleuls,
Et je devrais sentir ton ombre et ton haleine,
Toi que j’ai érigée et couronnée en Reine,
Et ne puis plus t’étreindre, à l’ombre des glaïeuls.
Je sentirais fuser l’éclair de tes accents,
Et tes yeux lourds, perçants ainsi que des noisettes.
Je t’attendrais parfois dans la moiteur des fêtes.
Dans l’inquiète absence du coeur qui t’attend.
Le chaos des choses me prive de ton âme,
Je te sens palpiter, longeant l’allée du drame,
Je soupire et t’attends, sous la muraille en fleurs,
Je bois le sang et l’eau à ton frémissement,
Tout n’est que désarroi, sous la rosée en pleurs.
Tes doigts sur moi font un ultime remuement.
13.00 €
9782373554977
Miinh-Triiet Pham
Tout est dans le titre : que l’on se trouve au fond de la vallée du désespoir à se morfondre ou au sommet d’une pyramide maslowienne en plein accomplissement personnel à travers ses centres d’intérêts et passions, le confinement s’est révélé l’extraordinaire prisme des multiples facettes de nos introspections. Au rythme de la pandémie de Covid-19, de ses impacts et de la récession socio-économique qui en découle, le poète et ses compositions nous emportent dans un véritable voyage initiatique au coeur des événements et de soi, d’où jaillissent en nous-mêmes émotions, contemplation ou recueillement : des victimes par milliers — méditer sur le souffle de la vie Un pavé de plus de 370 pages – incrusté de photos, haïkus et senryûs – dans la vieille mare de Bashô, tantôt dans le style traditionnel japonais, tantôt dans une expression moderne encore plus minimaliste. Spontanéité, sobriété et dérision se côtoient, intemporelles, déclenchant toujours cet effet d’étincelle, d’émerveillement, si contagieux et tellement salvateur :
sur une étoile filante
mon voeu de délivrance
traverse la Voie lactée
20.00 €
9782373554816
Étienne Ruhaud
...Mais l’important, plus qu’à ces sensations de cauchemars banals, tient à l’opération d’écriture. Laquelle présente un double trait. Il faut noter, en premier lieu, la précision du lexique, ou, plus exactement, sa littéralité. Étienne Ruhaud écarte la facilité métaphorique (laquelle, de surcroît, mène au vague, à l’indécision), et choisit les termes exacts : « leur corps mesure environ un mètre cinquante », « des oeufs bruns de la taille d’un ballon de basket », « une vaste galette spongieuse mais étanche, rainurée de tiges sanguines ». Ou bien : « bouche dentelée », « membrane cartilagineuse », « orifice noir », etc. Et cette précision — c’est le deuxième trait — se trouve, elle-même, doublement accentuée. D’abord, par le vague des lieux, des espaces où ces animaux séjournent ou se rencontrent : « le continent », « l’océan », « l’archipel », « les volcans », « la ville », « la montagne » (l’article défini donnant à ce vague son étrange présence). Ensuite, par l’indistinction des figures humaines : hormis ce « je » qui fait irruption dans l’un des poèmes, on ne connaît que « les gens », « les habitants », « les tribus », « les indigènes », « les vieux », « les malades », « les pauvres » (notons la constance du pluriel, en quoi se dissout toute singularité).
12.00 €
9782373554939
Suzy Maltret
Avec ce nouveau recueil tout en profondeur et intimité, Suzy Maltret nous parle de la mort à travers notre finitude. Ses poèmes résonnent en nous parce qu’ils sondent le silence et le mystère de la nature qui nous accompagnent comme des gardiens bienveillants. Poèmes métaphysiques qui, paradoxalement, dépassent le sens des mots pour nous dissoudre en nous-mêmes jusque dans les profondeurs de notre essence. Il y a une mystique dans ces poèmes qui appellent à nous comprendre jusque dans l’union à la nature que le poète interroge.
J'y crois encore, le baume
En caresse première, le souffle
Et l'arbre qui palpite et respire
De mille bruits, dans les reflets
Des aubes disparues, à peine nées...
J'y crois dans le silence du verbe,
Le silence des paroles jamais dites,
Mais murmurées dans l'entre-soi
Du coeur !
Suzy Maltret est écrivain, Sociétaire des Poètes Français, romancière, nouvelliste, Écrivain Combattant.
12.00 €
9782373554946
Jean-Philippe Testefort
...Cette anthologie parcourt les écritures de l’auteur sur vingt ans (1994/2014) d’une façon non chronologique. Ce désordre favorise de repérer des lignes de force, d’apercevoir notamment que, dans ses évolutions et combustions, l’auteur réinvente nos circuits organiques internes comme autant de victoires prochaines sur le néant.... ...Avec Jean-Philippe Testefort, nous passons le pacte de la consistance, de la maturité singulière et cristallisée que ses écrits de-puis 2014 jusqu’à aujourd’hui n’ont eu de cesse de confirmer. Nous entrons dans un magma de sensations innervé d’un langage philosophique nomade, la précision, comme un fantôme, au service de l’impression. Je voudrais sentir un monde d’espérance, pluriel, une aberration miraculeuse / Érection subite et terminale d’une cécité consentie. Dans Au temps où les fantômes m’enchantaient encore, le poète interroge les miroirs laissés au bord du chemin comme autant de bornes. Ont-ils tout dit ? Peut-on relever le réel de quelques degrés ou assécher à jamais l’infinie et illusoire tentation des possibles ?... Extraits de la préface d’Anne de Commines
20.00 €
9782373554830
Pascal Hérault
L’Appel de la steppe réunit des poèmes dont la Mongolie est le centre nomade, empire du vent et des chevaux, des loups et des hommes libres. Tour à tour lyrique et épique, L’Appel de la steppe célèbre à la fois une façon de vivre et d’écrire célébrant l’union de la terre et du ciel, des hommes et de la nature.
Pascal Hérault est né dans l’autre siècle à Paris. Après des études de lettres à La Sorbonne qui l’ont conduit en particulier à s’intéresser aux chroniques d’art de Guillaume Apollinaire, il se tourne vers l’enseignement et le jazz. Parallèlement à ces activités, il participe à de nombreuses revues littéraires où il publie des nouvelles et des chroniques de lecture ; il anime aussi des cafés littéraires à Paris et lance des « promenades-lectures » au sein d’une association culturelle. Après la publication d’un recueil de nouvelles : Le Dos des ours blancs, aux éditions Bérénice, il se lance dans l’écriture de textes pour la jeunesse, albums et romans, de polars et de chroniques pour le site K-libre et pour Vents Contraires, la revue en ligne du Théâtre du Rond-Point. Son intérêt pour l’Asie et ses nombreuses spiritualités (bouddhisme zen, taoïsme) relèvent d’une recherche personnelle conduite depuis de longues années, fruit de lectures et de rencontres diverses. Il y trouve à la fois une façon d’écrire, tantôt lyrique et tantôt dépouillée, à l’image de la steppe mongole, et une réflexion sur les relations entre l’homme et l’univers. Pour autant, sa poésie ne se limite pas à cette inspiration asiatique : le quotidien, la nature, la vie affective sont des thèmes qu’il aime explorer au gré de son inspiration. Pascal Hérault est sociétaire de la Société des Gens de Lettres (SGDL) et membre de la Charte des Auteurs et Illustrateurs jeunesse.
10.00 €
9782919483839
Sophie Distefano
« une danse » émane de l’extraction de phrases de ces longues écritures qui mélangent les temps de danse et de vie.  Il se découvre comme des lignes à se souvenir pour pouvoir continuer.  La danse n’est pas extérieure à tout un chacun, mais plutôt une énergie parfois enroulée en elle-même. J’aime inviter à consentir à la danse. Les mots sont importants. Au- delà de ceux qui ébranlent, il y en a qui nous lèvent, qui nous mettent debout pour essayer encore... Ce qui nous fait « aller ». Nous dansons avec l’expertise de notre vie, jonchée de ce qui fait  ce que nous sommes. Comme un déshabillage la danse laisse jaillir l’essentiel, jusqu’à envisager l’informe : retrouver les lignes d’accueil des possibles, simplement à corps ouvert, en  tentant de sauver la singularité toujours mise en danger.
Sophie Distefano est une artiste chorégraphique depuis 30 ans à Caen, sa pratique se développe avec des temps de créations, d’interprétations, d’enseignements, d’organisation d’événements. Diplômée d’état en danse contemporaine après deux ans d’études aux RIDC (Rencontres Internationales de Danse Contemporaine) à Paris (en 1992), elle poursuit sa formation lors de stages avec notamment Julyen Hamilton, improvisateur (en 2000), et d’ateliers de composition chorégraphique avec Susan Buirge, chorégraphe américaine (en 2005et 2006). Elle crée la compagnie de danse contemporaine Anahata en 1999. Elle co-crée et anime un studio de répétitions et de création artistique de 2003 à 2010.   Sa création s’inspire de liens avec le théâtre, la poésie, le conte, la musique et une longue période avec les espaces plastiques, dont la peinture. Elle travaille en collaboration avec des compagnies de théâtre, de danse, des cinéastes, des plasticiens. Dernièrement elle élabore une série de soli « performances » en présence d’espaces plastiques autour des questions sur le territoire, l’interface entre intériorité et extériorité. Enseignante depuis 1990, ses propositions pédagogiques se diversifient vers des publics très variés et qui font écho à sa recherche : danser dans son environnement, se rapprocher de sa propre danse. L’écriture a toujours été présente, souterraine, pour y déposer les trop pleins de réflexion, les fulgurances de pensée, les besoins d’élargir, de se relier.
10.00 €
9782919483846
Maël Gentgen
Florence est une ville que l'on cueille du bout des doigts comme une fleur fragile. C'est l'endroit de tous mes rêves que j'ai voulu raconter en un poème. Ce recueil est une balade dans cette cité aux mille trésors, un guide de voyage peut-être, en tout cas un texte qui résonne comme une invitation à aller vous perdre dans les galeries d'art à ciel ouvert de la belle Florence.
« Je serais cosmonaute. » Un mouvement de stylo dessine parfois une route vers les étoiles. C'est ce que le jeune écrivain belge né en 1987, Maël Gentgen, doit se dire, lui qui enfant rêvait de se percher sur l'extrémité du croissant de lune. Du ciel de l'enfance est né un imaginaire de voyage. Et quand, en fouillant dans une vieille malle rongée par l'oubli, il découvre un recueil de poèmes écrits par son père, c'est la révélation : la poésie était la voie à suivre. L'adolescence charria avec elle son lot de découvertes, tels les Tristan Tzara, Aimé Césaire ou encore Merleau Ponty, qui offrirent à Maël Gentgen le goût de l'image surréaliste pour le premier, l'exotisme pour le second et une esthétique philosophique pour le dernier. De ces lectures naquirent ses premiers écrits dont l'empreinte dadaïste est prégnante.  Durant ses études à Nancy, Maël Gentgen explore d'autres horizons : une poétique caribéenne au goût de mangue surréaliste, le romantisme glacial de la poésie scandinave et la concision sublime des haïkus en fleurs japonais. De ce pot-pourri de rencontres, naîtra son propre style, sa propre esthétique poétique qu'il travaille depuis son recueil Semences de sel. Un style où les questions philosophiques de la trace et du visible ou de l'invisible viennent se greffer, en filigrane, dans l'encre de ses mots et dont les parfums offrent des tons à la fois musqués de romantisme, fruités d'exotisme et acidulés pour ce surréalisme toujours présent, mais adouci, comme un bonbon pour enfants.  Le sang bleu des méduses est une piqûre poétique, où le venin s'insinue à la cadence des mots, jusqu'au paroxysme de l'amour du verbe.
7.00 €
9782919483853
Michelle Azara
Avec ce nouveau recueil, l’auteure nous dévoile peu à peu les thèmes qui lui sont chers. Chaque poème apparaît comme l’expression d’un mystère qui commence et s’achève dans le souffle d’une parole libérée. Poésie verticale et intériorisée qui agit comme un catalyseur d’énergie spirituelle, le lecteur alors éprouvera une joie diffuse à lire ces vers qui chantent tous les aspects de la vie. « Que la mémoire nous revienne fidèle vagabonde gardienne des rêves et des liens Retrouvons celle qu'avant de naître nous partagions avec chaque parcelle de vie chaque règne »
L'auteure, interprète-traductrice à la retraite, est originaire de l'Hérault et vit aujourd'hui dans le Val-de-Marne. Issue d'une famille athée, elle s'est ouverte à la spiritualité il y a trente ans. Ce recueil est sa première publication.
16.00 €
9782373554557