Soleils diffusion - distribution
3, rue Jean Dollfus
 - 75018 Paris
 - Tel: 01 45 48 84 62
sollogo

Fiche article - bientôt disponible

9782373554861
Nous savons que nous sommes aveuglés
Une œuvre de Patrice Bouret
PDF
i
Nous avons commandé une première réception de cet article le 4 mars 2021.
Ouvrage broché portant le numéro ISBN 9782373554861, vendu 13 € et classé au rayon « Poesie », publié le 30 septembre 2020 par les éditions Unicité, large de 150 millimètres pour 210 de haut et comportant 50 pages.
Alors Marcher comme on voit le soleil baliser l'horizon Tracer un chemin dans les herbes mélangées du sentier sinueux Arrêter de murmurer les misères du moment pathétique Car la cité des rêves ne lui revient pas Refaire le silence avec ses propres mots de craie et de silice Rassurer avec le tissu soyeux des énigmes Car ils n'auront plus cours dans les saisons futures Une drisse Une hampe Monte lentement Et les voiles prennent en charge Les élans promus aux courses lointaines

Du même éditeur:

16.00 €
9782373556452
16.00 €
9782373556377
13.00 €
9782373556278
22.00 €
9782373556384
13.00 €
9782373556476
13.00 €
9782373555967
13.00 €
9782373556483
15.00 €
9782373556094
18.00 €
9782373556308
13.00 €
9782373556209
16.00 €
9782373555912
13.00 €
9782373556230
16.00 €
9782373556391
21.00 €
9782373556193
13.00 €
9782373556223
13.00 €
9782373555837
28.00 €
9782373555882
14.00 €
9782373556162
20.00 €
9782373556070
14.00 €
9782373556216

Dans le même rayon:

Alena Meas
« C'était juste avant que la pluie n'éclate, elle marchait le long des pla-tanes et pensait à l'inquiétante couleur des nuages. Ils ne disaient rien sur l'imminence de la pluie, ni sur la violence avec laquelle les gouttes allaient se précipiter vers le sol. Elle hâta son pas pour arriver au rendez-vous avant que le ciel ne se rompe, quand soudain un coup de vent sou-leva la poussière et les premières gouttes se mirent à tomber avec rage. Elle semblait paniquée, il lui fallait s'abriter dans un bar, être inévita-blement en retard, attendre que l'averse passe, regarder dehors l'assaut de l'eau, comme elle se saisissait de la rue, ruisselante bientôt, et les piétons désemparés sortant leurs parapluies ou courant vers l'abri le plus proche, tout d'un coup ils perdaient l'assurance dans les chaussures ra pidement trempées... » « Et les nuages se sont à nouveau rassemblés. Le ciel n'est pas mena-çant, seulement gris, la journée opaque prend une allure de vacances. Elle voudrait dire au revoir à cette fiction, déserter les pages, mais il y a encore quelque chose d'indéfinissable qui la retient, peut-être que cette fin nécessite d'elle encore un peu de patience, une confidence inattendue ou une résolution de deus ex machina, qui pourrait enfin poser le point final à son errance à travers ces pages qui ne veulent pas dire, hormis les observations météorologiques quotidiennes et l'anecdote de sa vie, de choses prodigieuses... »
12.00 €
9782373556551
Éliane Biedermann
« Aujourd'hui, avec ce recueil, la poète, dans la tradition, enchante le banal pour le métamorphoser en poésie. Elle nous montre ce détail qui ouvre le monde de notre mémoire, de notre imaginaire. L'image cligne de l'œil et disparaît, nous laissant rêveurs. Le lecteur s'évade alors dans une émotion furtive comme un frisson de bonheur. Il aime la simplicité de la langue, connait la difficulté de créer des choses simples. » Extrait de la préface d'Alain Lacouchie.
Pique-nique d'automne 
sous un vieil arbre ridé 
Un chat nous observe

Rose trémière 
solitaire dans le pré 
me rappelle ma mère
Éliane Biedermann est née à Paris, où elle a soutenu une maîtrise de Lettres Modernes. Elle a vécu longtemps en Ile-de-France où elle a été professeure, puis documentaliste de collège et de lycée. Elle réside actuellement dans le Tarn, et collabore à diverses revues par des comptes rendus de livres de poèmes. Elle est membre du Comité de lecture de la revue Interventions à Haute Voix et du comité de rédaction de la revue Rose des Temps. Elle a publié quinze recueils de poèmes, dont certains de haïkus, ces poèmes en trois vers issus de la tradition poétique japonaise, qui, suggérant l'éphémère par leurs instantanés, peuvent faire vibrer des émotions et créer des atmosphères.
14.00 €
9782373556506
Collectif
Poésie en liberté est un concours international de poésie en langue française. Il est ouvert à tout jeune en formation, de 15 à 25 ans, quel que soit son parcours. Pour participer, il suffit d'envoyer, exclusivement via internet, un texte de 30 vers ou lignes maximum. Le sujet est libre et la participation gratuite. Chaque année, les cent meilleurs poèmes sont publiés en anthologie et une quarantaine de lauréats sont invités à Paris pour une remise des prix solennelle. Ce concours est l'occasion de nombreuses rencontres avec des poètes et des artistes. Jean-Marc Muller, président de Poésie en liberté « Cet ouvrage est un démenti à ceux qui pensent que la poésie ne s'écrit plus, ou peu, et encore moins par les jeunes. » Matthias Vincenot, poète, directeur artistique, extrait de l'avant-propos « Le poème est là dans toute sa force, sa diversité.» André Prodhomme, poète, président du jury 2021, extrait de la préface
16.00 €
9782373556438
N&B
Jérôme Delclos
Une île exotique avec son âpreté et ses douceurs, des forbans des mers et autres personnages hauts en couleur, une quête enfiévrée. Avec ces ingrédients, Jérôme Delclos nous livre une parodie épicée de L'Île au Trésor… strictement réservée aux adultes ! Pour nous narrer cette aventure, il recrée une délicieuse langue archaïsante pleine d'érudition et de malice qui transporte le lecteur dans le monde perdu des flibustiers.
Romancier, nouvelliste, membre de la rédaction de la revue littéraire Le Matricule des anges, Jérôme Delclos se définit comme un lecteur et auteur de curiosités. Fonctionnaire d'État, il travaille aujourd'hui à Nice après l'avoir fait dans des endroits moins cléments, avec pour noble devise en tête, à chaque demande de mutation, « Descends toujours plus au sud ».
13.00 €
9782490991044
Alexandre Desrameaux
L'auteur propose ici deux lectures du monde, l'une lente, fragmentée, attentive au détail ; l'autre rapide, globale et comme intuitive.
14.00 €
9782374280523
Ara Alexandre Shis(...)
« Peut-être en fin de compte les vocations les plus profondes ne sont-elles que des maladies des abîmes, qui perturbent en nous la normalité d'une nature bien plus simple. Peut-être non seulement les chrétiens sont-ils des “animaux malades?, comme semblait le croire Nietzsche, mais quiconque s'évertue à scruter au-delà de certaines limites. Au-delà de quoi, en fait ? Voilà toute la question… » (réflexions en guise d'autobiographie, dans Francopolis, novembre décembre 2020, d'après la préface de l'auteur à son volume Menuetul menestrelului morbid / Le menuet du ménestrel morbide).
Né à Bucarest en 1951, Ara Alexandre Shishmanian a quitté définitivement la Roumanie en 1983, par suite des persécutions subies en raison de son adhésion au mouvement pour les droits de l'homme en 1977. Historien des religions, il est l'auteur de plusieurs études sur l'Inde védique et la Gnose, parues dans des publications de spécialité en Belgique, France, Italie, États-Unis, Roumanie. En 1993 il a organisé à Paris, sous l'égide de l'INALCO, le colloque international d'histoire des religions « Psychanodia », en mémoire de I. P. Couliano, disciple de Mircea Eliade, assassiné à Chicago par la police politique roumaine. Les Actes du colloque, ainsi qu'une publication périodique (Les cahiers Psychanodia), sont désormais accessibles en ligne sur son site (Publications communes). Il est l'auteur de 22 volumes de poèmes parus en Roumanie depuis 1997, en plusieurs cycles (dont : Priviri / Regards, Ochiul Orb / L'oeil aveugle, Tireziada / La tirésiade; Migrene / Migraines, I-VI ; Absente / Absences, I-V; Nestiute / Méconnues, I-V). En traduction française (ainsi qu'en anglais et en allemand) sont parus des poèmes de lui dans de nombreuses revues et anthologies. Deux volumes traduits en français par Dana Shishmanian sont parus aux éditions L'Harmattan : Fenêtre avec esseulement (2014), et Le sang de la ville (2016). Un troisième volume en français, Les non-êtres imaginaires. Poème dramatique (inspiré par le livre de Borges Les êtres imaginaires), traduit par Dana Shishmanian et par l'auteur, est paru chez le même éditeur en mars 2020.  Son écriture poétique, animée par un esprit post-romantique plutôt que post-moderne, s'alimente à l'antique filon orphique et débouche sur une vision apocalyptique au sens gnostique, avec une forte connotation cognitive et spirituelle.
15.00 €
9782491991005
Tristan Lunair
À travers Soi disant la poussière, le poète Tristan Lunair soigne et signe ces infinis dérisoires où les mots s'accouplent lorsque les corps se contractent sous les attentes et les latences poreuses. Dans ce recueil en huit aspects, nous sinuons du spleen au néant, dérive cubique / chant électrique / dépourvus de rêves. Comment exorciser ce monde moderne / géométrique et clinique / menacé d'asphyxie ? Tristan Lunair nous propose de combiner les intensités pour mieux les assumer. Dans ses émeutes rythmiques aux pulsions parfois prophétiques, il irrigue, inquiète des alarmes, sonne des vertiges imprévus pour reprendre l'expression de la poétesse Bojenna Orszulac. La plume de l'auteur irradie et nous tend des hallucinations amour de Rimbaud / bel insensé / paumé des crépuscules urbains, écrit-il comme un encens dans une sphère utopique. Entre les solitudes imparfaites et Les hématomes consensuels, APRÈS LA NUIT / aimer ne suffit pas. La poésie nous livre-là ses symptômes et ses atavismes, ses bégaiements avant l'abdication. Sous la pression de ses mots, Tristan Lunair nous soumet souvent à des apparitions sur le point de se dissoudre. Avec lui, nous assemblons avec habileté des particules provisoires.
15.00 €
9782373556520
Constance Chlore
De la lutte entre le corps et l'esprit naît chez Constance Chlore une sensualité ne reniant rien de sa source : l'animal dans l'homme et pourquoi pas le végétal. Le langage, c'est-à-dire le désir de dire, s'impose à la poète dont la vitalité pulse à chaque détour de phrase. Le poème est un tigre bondissant que les mots tentent de dompter. 
« ... Nous habitons le même sol 
nous respirons l'air, nous sommes vivants 
La mort, la folie : tenues dans la gueule 
Mots, souffle, regards nous reconduisent à nos frontières 
Dans la solitude des épines 
tu mêles ton odeur à celle des fleurs 
Dans des traces aveugles 
tu fais le chemin Là, tes noms boiront : chaque ombre a du sens ... » 
L'air respirait comme un animal est le treizième recueil de la collection Le Vrai Lieu
12.00 €
9782373556353
Olivier Abiteboul
Elle marche dans la campagne blême. Habituée aux lumières de la rue Saint-Jacques, elle découvre un mystère gris. C'est la couleur des jours sans nom et des beautés bien passagères. Rien ne lui sourit, pas même les tourterelles au fond des  taillis. Elle n'implore aucune aide et aucune retrouvaille ne la rassérène. Un coeur volé dans les broussailles s'étonne de sa langueur. C'est une âme donnée à la nature.
Olivier Abiteboul, professeur de philosophie à Nice, docteur en philosophie de l'Université de Provence (Aix-Marseille1), chercheur associé au centre de recherches «littérature et poétique comparées» de l'Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense, participe à la rédaction de la revue Théâtres du Monde (PU d'Avignon) depuis 1994. Il est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages, dont Le paradoxe apprivoisé (Paris, Flammarion, 1998), La rhétorique des philosophes (Paris, L'Harmattan, 2002), Petite philosophie de la littérature (CreateSpace, 2012), et Essays on English and American Literature (Cambridge Scholars Publishing, 2018). Il est également auteur de poèmes publiés dans les revues Florilège, La Revue des Dossiers d'Aquitaine et Vivre en poésie ainsi que de romans inédits.
15.00 €
9782846223492
Simona Modreanu
« Comment ne pas rater sa vie, lorsque, à la différence du commun des mortels, qui sont tombés dans le temps, on atteint un degré supplémentaire d'errance, par la chute du temps ?... C'est la marque particulière du destin de Cioran, de son propre aveu, qui n'a eu de cesse de creuser, avec une patience désespérée, cet inénarrable drame personnel. Et comment ne pas savourer le ratage brillant de sa vie, alors que nous sommes si nombreux à connaître la bonne fortune de la banalité ? Passer à côté de l'échec, en rasant les murs de la chance et en restant à l'abri de tout défi majeur, ou bien profiter de l'aubaine et toucher le fin fond de l'être, quitte à échouer aux yeux de la majorité ?... Entre les deux extrêmes, il y a certes une bonne plage de confort et de satisfaction disciplinée, à chacun de choisir sa voie.... » « Quelque part, on rêve tous d'indistinction première, de ce cocon maternel à l'échelle de l'univers dont on n'avait pas envie de descendre, qu'on n'aurait pas dû quitter pour se lancer dans une aventure improbable. À sa façon, tordue, à rebours, oblique, Cioran a toujours déploré l'unité perdue de l'être, cette fragmentation ontologique induite par la création, cet arrachement au sommeil de Dieu. Le magma originaire, qui promène oisivement ses multiformes indécises, se voit infliger un signe inquiétant, celui de l'inconnu perturbateur – le X... » Extrait de La chance de l'échec.
16.00 €
9782373556407
Mylène Vignon
Mylène Vignon est expert en art contemporain. Elle a organisé des évènements artistiques en France et à l'international. Elle est à l'origine de l'émission Secrets d'ateliers qu'elle a animée sur BDM TV. Elle est depuis dix ans rédactrice en chef à Saisons de Culture et, depuis 2020, journaliste chez Fresh Magazine Paris. Elle est auteure de romans et de poésie aux Éditions Unicité, Le renard pâle, Area et aux éditions Saisons de Culture. Elle participe à de nombreuses bibliographies. Également collagiste, elle a exposé ses travaux en 2020 à la gale-rie Area et chez Zombrart en été 2021. Elle est Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres depuis 2017
13.00 €
9782373556322
Christophe Jubien
PRÉSENTATIONS
La poésie n'a pas pour moi 
de grands projets 
je suis à tout jamais 
l'idiot de son village 
dansant comme un follet 
autour des pommes de pin 
faisant la révérence 
au moineau qui sautille
avalant un moustique 
recrachant un haïku 
applaudissant à tout rompre 
quand il n'arrive rien.
Né en 1964 à Thouars dans les Deux-Sèvres, il vit à Chartres depuis 2000. Il bricole des émissions dans une petite radio d'intérêt local. Il y une trentaine ans, en toute impunité, il s'est mis à l'école buissonnière de la poésie, grâce à la rencontre du merveilleux poète Serge Wellens. Il aime l'humble bousier et les cétoines dorées, André Dhôtel et les Récits du pèlerin russe...
13.00 €
9782373556445
Collectif - illust(...)
Vingt-huit auteurs, inspirés par le modèle japonais, se sont prêtés au jeu de l'écriture mixte, prose/haïku. Leurs haïbuns s'inscrivent dans la modernité et une relative proximité temporelle, voire géographique. De quoi parlent-ils ? Pour la grande majorité d'entre eux, de l'intime, de la sphère familiale. Nombreux sont ceux qui font ressurgir leurs propres souvenirs d'enfance ou un épisode marquant de cette période. D'autres préfèrent distancier leur récit en l'écrivant à la troisième personne. Quelques textes correspondent d'ailleurs à des fictions, ou semblent mi-fictifs, mi-réels. Au lecteur de découvrir ces déclinaisons de l'enfance retenues dans ce collectif de haïbuns. Je lui souhaite une agréable lecture-promenade.
Danièle Duteil, poétesse, autrice de recueils de haïkus et de tankas et animatrice du Kukaï-Vannes depuis 2014, préside depuis 2011 l'Association francophone des auteurs de haïbuns, L'étroit chemin (AFAH) et publie en ligne chaque trimestre L'écho de l'étroit chemin, journal du haïbun. En 2013, elle obtient le Prix du Livre du haïku pour son recueil Écouter les heures.
Nadège Moullet, graphiste, étudie les métiers d'arts et du design au lycée Eugénie Cotton de Montreuil. Fixes comme animées, ses illustrations évoquent la palette de couleur de Van Gogh, les corps de Bacon, et le maximalisme de Ponti, ses principales inspirations. Instagram : @moulletfrite
16.00 €
9782376790556
Roumen Leonidov
MISÈRE
Parce que la cuirasse de force m'était trop courte 
on m'a chaussé des jambières d'un chevalier 
on m'a enfoncé le heaume jusqu'aux yeux et mes bras 
on les a coupés – au cas où. 
Puisque depuis lors je ne croise plus que des chevaliers 
j'accours pour leur serrer la main 
je m'empresse de leur serrer la main 
je me hâte de leur serrer la main. 
Et parfois je reste en vie.
Roumen Leonidov, né en 1953 à Sofia, est un poète, traducteur, journaliste et éditeur bulgare ayant à son actif une dizaine de recueils de poèmes publiés de 1977 à 2019 et titulaire de nombreux prix nationaux et internationaux de poésie dont la Plaquette d'argent de Rome (1995), le Premier prix des Soirées de poésie de Melnik en Bulgarie (2008), le Prix Ivan-Nikolov (2011), le Cristal de Vilenica en Slovénie (2012) ; proclamé Chevalier du Livre par l'Association du Livre bulgare (2014). Diplômé de l'Université de Plovdiv en lettres modernes, il travaille dans de nombreux hebdomadaires littéraires et culturels, avant de se tourner vers l'édition : il anime tour à tour la Société poétique libre et les éditions Fakel. Il traduit également du russe et du français. Ses poèmes ont été publiés dans des anthologies de poètes contemporains bulgares à l'étranger ou bien dans des périodiques aux USA, Royaume-Uni, Russie, Italie, Hongrie, Inde, Grèce, Serbie, Autriche, Albanie, Ukraine, Moldavie, Macédoine du Nord, Pologne, Slovénie. Il a publié trois anthologies personnelles à l'étranger : Un pavé dans la mare (1998, Macédoine du Nord), Fin de la mythologie (2007, Pologne), Du bout de la langue (2009, Slovénie).
13.00 €
9782373556513
Seegan Mabesoone
Envoyé par ses parents au Manoir d'Argouges, demeure nimbée de légendes où résident son oncle et sa tante, le jeune Laurent découvre les splendeurs du littoral normand, perce le secret du folklore épique qui entoure la bâtisse, et lève le voile sur le mystère de la lignée Van den Maaben. Quarante-cinq ans plus tard, installé au Japon, il retrace sous son nom de plume Seegan Mabesoone le voyage initiatique de cet été 76, de sa première rencontre avec l'art, la liberté, la vie. L'écrivain nostalgique ressuscite avec poésie et humour la voix joyeuse de l'enfant qu'il fut. Celui-ci répond au poète exilé à l'autre bout de la Terre, dérouté par une maladie nouvelle, qui tente de trouver dans les énigmes du passé les clés du présent. « Je voudrais te parler. Te raconter une histoire. Pour que tu saches que tout va bien ici. […] Tu comprendras pourquoi quand tu auras entendu la fin de cette histoire, l'histoire d'un été très joyeux, plein de découvertes, l'été de mes huit ans. […] Voilà, je voudrais te raconter un « secret de famille » comme on dit en ce bas monde. »
Tori wa shinu Made onaji uta Haru no kure
Chaque oiseau répète
Le même chant jusqu'à sa mort
Crépuscule de printemps
Une fugue polyphonique, hors du temps, à la croisée des genres littéraires, où s'entremêlent récit en français, dialogues en patois normand et haïkus en japonais.
Seegan Mabesoone est le nom de plume de Laurent Mabesoone. Il quitte en 1996 sa France natale pour la ville japonaise de Nagano, où il enseigne la littérature comparée à l'université Shinsh? après un doctorat à l'université de Waseda à Tokyo. Membre du groupe de haïkistes Kaïteï (fondé par T?ta Kaneko) depuis 1998, il fonde en 2004 le groupe Seegan Kukaï. Il a publié cinq recueils de haïkus (dont un composé aux îles Marquises lors d'une résidence à Hiva Oa), un ouvrage de recherche en poétique comparée du haïkaï, un recueil de haïbun, une biographie de Kobayashi Issa ainsi que plusieurs romans. En français, il a traduit deux recueils collectifs de haïkus, une autobiographie de son maître T?ta Kaneko, ainsi que le haïbun et des recueils de Kobayashi Issa. Depuis 2020, il est juré du Concours annuel de Haïku du Mainichi, en charge de la section internationale.
C'est pendant l'été 1976 que Seegan Mabesoone est introduit à la peinture par le portraitiste familial, Arthur Hamel, ancien disciple de Matisse. Cet art devient pour lui le moyen d'immortaliser la splendeur des paysages normands et du Manoir d'Argouges. Plus tard, l'auteur s'initie au sumi-e, art traditionnel japonais de la peinture à l'encre.
18.00 €
9782376790532
Dimitri Rataud - i(...)
« Ce sont des haïkus à hauteur de père qui se penche à la taille d'un enfant, et qui pour mieux le regarder, retrouve sans le vouloir l'enfant qu'il a été lui-même. Mais c'est d'abord le regard tendre, amusé, ému, étonné, intimidé, d'un père sur sa fille. C'est une lettre d'amour à toutes les petites filles, à tous les enfants qui sont ou que nous avons été. Ce sont des mots d'amour, des mots simples, des petites phrases, des petits poèmes, des petites choses, celles de l'amour justement, légères comme des graines qu'on attrape au vol et qui restent en nous, et poussent comme des fleurs dans nos jardins secrets. » Extrait de la préface de l'auteur Le comédien et metteur en scène Dimitri Rataud livre dans ce recueil un regard sincère, empreint d'amour. Porté par le haïku, pratique poétique qu'il chérit depuis une trentaine d'années, il immortalise des instants dérobés au temps, comme des petites vignettes de vécu. En trois vers se dessine le portrait d'une enfant, tantôt émerveillée, tantôt contrariée, en constante interaction avec le monde qui l'entoure et qui lui reste à découvrir.
Si heureuse
Quand je l'appelle « grande fille »
Petite fille
Une véritable cartographie de la beauté, de l'innocence et de la nostalgie de l'enfance.
Dimitri Rataud, comédien, acteur, metteur en scène et professeur de théâtre, est né en 1972 aux Sables-d'Olonne. Formé au Conservatoire national supérieur d'art dramatique, il développe un sens aigu du théâtre et de la poésie. Il se fait connaître comme acteur peu après sa sortie du Conservatoire grâce à plusieurs succès scéniques, et devient doubleur de nombreux acteurs internationaux. Passionné par le Japon, qu'il visite régulièrement, il publie L'Amour comme un haïku en 2018, un recueil bilingue français-japonais, joué au théâtre. Petite fille est son deuxième recueil aux éditions Pippa.
Rachel Arbentz a étudié le design graphique à l'école Olivier de Serres de Paris. Passionnée d'illustration depuis l'enfance, ses œuvres accompagnent avec légèreté et candeur les haïkus de recueil. Elle a auparavant illustré des textes poétiques aux éditions Pippa.
16.00 €
9782376790570
Saori Nakajima, Do(...)
Les Occidentaux qui ont visité le Japon au début de la période Meiji ont été stupéfaits de voir de quelle manière les Japonais s'occupaient de leurs petits. Isabella L. Bird, une écrivaine britannique qui a voyagé au Japon au début de la période Meiji, a écrit dans son carnet de voyage Unbeaten Tracks in Japan (1871) : « Je n'ai jamais vu de gens aussi attachés à leurs propres enfants. Ils les portent dans leurs bras, ils les portent sur leur dos, ils les prennent par la main quand ils marchent, ils regardent et participent à leurs jeux, ils leur donnent sans cesse de nouveaux jouets, ils les emmènent en excursion et aux festivals, et ils semblent toujours s'ennuyer sans eux. » Ces phrases semblent commenter les haïkus que nous présentons ici. Nous avons compilé une anthologie de haïkus sur ce thème. Elle regroupe 143 haïkus composés par 28 auteurs, à commencer par Matsuo Bashô, du XVIIe siècle au milieu du XXe siècle.
La pleine lune...
les enfants de chœur alignés
sur la galerie du temple
Bashô (1644-1694)
Saori Nakajima a quitté son Japon natal pour la France il y a plus de vingt ans. Traductrice littéraire en français et en japonais, elle enseigne également sa langue maternelle au lycée Jules Guesde de Montpellier. Dominique Chipot a publié une trentaine d'ouvrages de haïkus (recueils personnels, anthologies de haïkus francophones et anthologies de haïkus traduits ou adaptés du japonais, études sur la réception du haïku et du tanka en France). Co-créateur, en 2003 et 2006, de deux associations et revues francophones de haïku, il publie depuis octobre 2020 le journal gratuit du haïku L'Ours dansant.
Pauline Vaubrun, jeune artiste peintre, originaire de Normandie, expose ses œuvres depuis 2011 dans des galeries d'art et des salons d'artistes de sa région. Après des études de traduction littéraire, elle s'est tournée tout naturellement vers l'édition de livres illustrés et s'installe à Paris pour poursuivre sa carrière et ses rêves. Après Écrire et Lire, le Dit de 100 poèmes contemporains, Un bruit de pas d'enfant est son deuxième recueil illustré aux éditions Pippa. Instagram : @pauline.vbrn
18.00 €
9782376790563
Régis Moulu
Avec ce nouveau recueil, l'auteur saisit comme jamais l'essentiel qui nous hante et qui nous chavire. En naviguant avec maestria sur plusieurs niveaux (images, idées, émotions, rêves, symboles...), il entretient les confusions heureuses et facilitent les passages : ainsi corps et pensée s'unissent comme pour mieux se substituer, poésie et réalité s'interchangent et se prêtent effrontément leurs habits. Et, à ce bal des mots qui convoque, sa plume danse et nous met face à nos contingences les plus nues. Cette méta-poésie vire au bonheur de se savoir en capacité de réenchanter notre présent monde éprouvé. Le rapport à l'autre, comme réanimé par un devoir d'action, est alors investi et revalorisé, voire sublimé. Au final, une « beauté de frappe » point sous la constellation de ses trouvailles et formules éblouissantes : le lecteur en retirera l'impression de vivre au cœur même de ce feu d'artifice où précision et richesse révèlent une immense générosité. Cette œuvre se rêvera donc en talisman, pour le moins, de par le désir de l'auteur qui l'a nourrie, infiniment.
13.00 €
9782373556414
Emma Prazeres
Avec ce nouveau recueil, Emma Prazeres nous entraine dans un univers dont elle nous ouvre les portes avec ses mots à elle comme pour nous convier à partager la tendresse de son coeur. Ses poèmes sont en partage avec des mots qui résonnent en nous et nous invitent à renouer avec la magie de la simplicité et de la profondeur mêlées.
L'amour
est
un
Ange
rempli
de papillons
blancs
dans le coeur.
13.00 €
9782373556339
Guennadi Aïgui - i(...)
Traduction en français du dernier tome (7) des éditions russes des «œuvres complètes en 7 tomes», parues à Moscou en 2009, et publiées par les éditions HYLAEA. Poèmes de la dernière partie de la vie de l'écrivain russe d'origine tchouvache Guennadi Aïgui (1934-2006). Nostalgie pour la beauté et la simplicité, ancrées dans la terre du pays natal, la Russie, et du pays de l'enfance. Communion profonde du poète avec la Nature.
20.00 €
9782374280509